Contre le binôme, vive le polynôme !

Publié le par Yves-André Samère

Je trouve assez ridicule... Non, complètement ridicule, que le gouvernement qui a fait voter le mariage pour tous, autrement dit, qui a imposé le principe qu’aucune différence rédhibitoire n’existe entre l’intelligence, les désirs, la sensibilité d’un homme et ceux d’une femme, ait imposé cet autre principe : que, pour les élections départementales qui ont eu lieu aujourd’hui, on DOIVE voter pour un « binôme », obligatoirement composé d’un homme ET d’une femme, en tandem. Dites, ça ne vous rappelle rien ? Si ! Le fameux slogan des excités qui ne voulaient pas du mariage homosexuel, un papa et une maman (comme on dit chez Drucker et Nagui). Un peu contradictoire, non ?

Entendons-nous bien : si on admet, ce que je fais volontiers vu que je n’ai pas attendu d’être adulte pour être féministe, qu’une femme vaut bien un homme, pourquoi devrait-on obliger le populo à élire les deux au lieu de le laisser faire comme il l’entend, et surtout, selon les mérites qu’il trouve à chacun ? L’obliger à cette association sous-entend que le citoyen de base n’estime pas naturel de considérer une femme comme l’égale d’un homme, et qu’il est nécessaire, par conséquent, de lui FORCER LA MAIN.

Si j’étais une femme, j’estimerais cela vexant. Et je rappelle la phrase de Françoise Giroud, que « Le Monde » a publiée le 11 mars 1983 : « La femme sera vraiment l’égale de l’homme le jour où, à un poste important, on désignera une femme incompétente ». Notez qu’on l’a déjà fait, et sur une vaste échelle, depuis quelques années – mais je ne vais pas encore parler DU ministre de la Santé, Madame MST (oui, c’est bien ainsi que, jouant sur ses initiales, on la surnomme dans le milieu politique). Et puis, après tout, conseiller départemental, ce n’est peut-être pas un poste important.

Pourtant, rigolons un peu. Pourquoi se contenter d’un binôme homme-femme ? Puisque le terme binôme est utilisé en mathématique (il désigne une somme de deux termes), et que les mathématiques se servent aussi des polynômes, qui sont des sommes de plus de deux termes, je suggère que les prochaines élections départementales envoient dans les conseils départementaux des polynômes. On pourrait commencer – modestement – avec des triades, comme celles qu’avait imaginé Isaac Asimov dans son formidable roman de science-fiction Les dieux eux-mêmes. Lui avait inventé des groupes composés d’un Rationnel qui réfléchit, un Parental qui s’occupe des enfants et une Émotionnelle qui ressent des émotions, et que chaque triade donnerait naissance à trois enfants, pour respecter la, euh... Je cherche. Mais non, la parité, ça ne va plus !

Il va falloir consulter une flopée de conseillers en communication.

Publié dans Humour

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

C
"Les femmes qui veulent être l'égal de l'homme, elles voudront quoi après comme autre lubie ? " Lu dans
Brèves de comptoir. C'est pas gagné...
Répondre
Y
Devenir président de la République ! Même si la seule qui a essayé s’est étalée. Mais, pour le moment, je ne vois aucune candidate possible.