De quoi vous donner des « -el »

Publié le par Yves-André Samère

Michel, Raphaël, Gabriel, Lionel, Manuel, Karel, Daniel, Michael, Ariel, Gaël.

Vous avez remarqué, ce nombre important de prénoms rimant avec -el ? Bizarre, non ? Vous en voulez encore ? Allons-y :

Yael, Nathanael, Guénhael, Noël, Miguel, Samuel, Nigel, Angel, Abel, Armel. Oui, tous ne sont pas français, mais qu’importe, on peut en trouver d’autres. Par exemple : 

Israël, Joël, Djamel, Kamel, Djemel, Carmel, Cornel, Aurel, Laurel, Hänsel, Emmanuel, Pavel. Ou encore Lemuel, qui était le prénom de Gulliver.

(Mais non, pas Abdel ! Je vous ai déjà expliqué que ce n’est PAS un prénom, mais le diminutif de tous les prénoms arabes signifiant « Serviteur de » ou « Esclave de » – sous-entendu : de Dieu. Vous baptiseriez votre fils Serviteur de ? Ne me faites pas rire, j’ai les lèvres gercées)

La vérité est que tous ces prénoms, et quelques noms de famille comme Ulliel, Fogiel ou Machuel, viennent de la Bible. En effet, en hébreu, la terminaison -el désigne Dieu himself. D’où ces noms de prophètes comme Ézéchiel. J’ai laissé de côté les prénoms féminins, bien qu’il en existe aussi des tas. Mais la Bible se fiche bien des filles, comme les trois religions qui s’en inspirent)

Conclusion ? Aucune. C’est seulement curieux.

Publié dans Curiosités, Religion

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Laurel veut dire "laurier" en anglais. On ne s'en sort pas.
Quant à moi, je porte un prénom de garçon, si je comprends bien. On ne s'en ressort pas.
Répondre
D
Je fais un espacement pour voir où je suis. Merci pour le conseil.
Oui, c'est comme avant le massacre.
Y
Exact, c’est un des nombreux détails qui manquent. Je conseille de poser le curseur de la souris à l'endroit voulu et de la déplacer un peu en gardant le bouton gauche enfoncé. Ce geste va sélectionner un peu de texte, et on voit ainsi où on en est. Mais en réalité, dès qu’on a commencé à écrire, le curseur devient visible.

Au fait, j’ai pu rétablir les couleurs et la taille du texte d’avant le massacre. Pour le reste, je ne peux rien faire.
D
Mon père, quand il m'a déclarée à l'Etat Civil après ma naissance, n'avait été, par ma mère, muni que de "Dominique". Or l'officier d'Etat-Civil dans sa grande sagesse lui a demandé un second prénom "pour qu'il n'y ait pas de confusion de sexe". J'ai donc un second prénom, féminin et un peu moche.
Au fait, quand on veut corriger ses fautes, il n'y a pas de, comment dire, petit trait qui clignote pour signaler où on a cliqué pour rectifier. Désolée, j'ai un vocabulaire informatique indigent.
Y
Je connais un type qui avait prénommé son fils Dominic, « par précaution » ! Et on voit partout des Cyril... Ben oui, Cyrille, ça ne peut être qu’une fille.