« Des roses en hiver »

Publié le par Yves-André Samère

On a pu voir, hier soir sur France 2, Des roses en hiver, un téléfilm sur le suicide assisté, pratique toujours interdite en France mais qui est possible en Suisse. Patriarche d’une famille un peu compliquée, ancien créateur d’une fabrique artisanale de pâtisseries, le personnage que joue Jean-Pierre Marielle, cancéreux au dernier degré, ne veut pas connaître une agonie pénible, et décide d’en finir dignement en allant terminer sa vie dans un établissement suisse, géré par une association à laquelle il fournit le dossier permettant d’y être admis. Il a réussi à faire accepter sa décision par sa femme, que joue fort bien Mylène Demongeot, et par son plus jeune fils, joué par Aurélien Wiik, qui a sacrifié sa carrière de musicien pour s’occuper de ses parents.

Le récit était bien construit et enrichi de considérations intéressantes, mais hélas, son propos était désamorcé par une erreur de scénario : le vieillard en question mourait de mort naturelle peu avant son départ en Suisse ! Du coup, tout le côté un peu militant de ce téléfilm se trouvait annihilé. Dommage.

Je n’ai pas regardé le débat en direct qui a suivi la diffusion, j’ignore donc si on a donné à l’antenne l’adresse de ces institutions suisses (ou belges) qui s’occupent de cette action, qu’on ferait bien d’adopter en France, au lieu de l’interdire. Mais le député Jean Léonetti, de l’UMP, qui était présent, et qui est l’auteur d’une loi portant son nom et traitant de la fin de vie, était présent. Il semble qu’Hollande soit plutôt favorable à une extension de la loi. Pour une fois, il pourrait peut-être se rendre utile au pays, au lieu de discourir sans fin sur « l’esprit du 11 janvier », mort, lui, de sous-alimentation.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

J
Sur le même thème, j'ai regardé "Quelques heures de printemps", il y a 2 semaines. Hélène Vincent et Vincent Lindon sont impeccables !
Répondre
Y
Pas vu, et trop tard pour le télécharger avec Captvty.
D
J'ai vécu la "fin de vie" de trois de mes proches. A chaque fois, les médecins ont baissé les bras vu les pathologies, et n'ont fait que soulager les douleurs, en arrêtant tout traitement qui s'avérait inutile. Ils sont morts en dormant. J'en ai discuté avec mon médecin traitant, qui m'a dit que l'acharnement était inutile dans le cas de ces personnes. Les médecins ne sont pas si stupides que cela, ils sont désolés de baisser les bras, mais essaient avant tout d'être en cohérence avec l'état du malade.
Après, il y a une autre question, qui n'est pas si simple : la famille qui est souvent prête à accuser les médecins de n'avoir pas fait tout ce qu'il fallait faire, et leur réaction est parfois très violente. C'est souvent le cas face à la mort : elle est inacceptable pour les proches, et par une sorte de réflexe de survie pour eux-mêmes, ils accusent les autres de ne pas avoir fait tout pour "sauver" cette vie.
Répondre
Y
Modifier la loi changerait peut-être ces comportements...