Les grèves de Radio France

Publié le par Yves-André Samère

Il n’a échappé à personne que Radio France est en grève depuis une dizaine de jours, à cause de la brutalité et de la bêtise crasse de son nouveau PDG, ce petit foutriquet de Mathieu Gallet – un sobriquet auquel je ne mets aucune lettre capitale, le personnage étant trop médiocre pour mériter cette distinction. Les informations du « Canard enchaîné » publié le 18 mars ont fait de l’effet, et le journal satirique les complète cette semaine avec son article du 25 mars, en haut de la page 4, que je vous invite à lire et à éplucher : vous y apprendrez notamment qu’il a menti aux six cents grévistes qui se sont réunis pour l’écouter le 20 mars dans le studio 105, en prétendant que la rénovation de son bureau avait été décidée en conseil d’administration sous son prédécesseur Jean-Luc Hees (lequel a gentiment démenti, précisant que ce bureau « était tout neuf ») ; qu’il s’est offert un service de communication privé pour la modique somme de 90 000 euros par an ; et que le prix de ces rénovations, qui était au départ de 35 000 euros, a triplé. Vous saurez aussi qu’au ministère de la Culture, puis à l’INA, protégé par Frédéric Mitterrand, il avait déjà interprété le grand air des travaux ruineux.

Je conseille également de se reporter à l’article de Daniel Mermet, que vous trouverez ICI. Il est certes un peu long, car Mermet n’a jamais appris à faire court, mais il y a également, , une perle rare : outre l’information que, déjà pourvu de trois chauffeurs, Gallet a voulu en imposer un quatrième, venu de son ancienne entreprise, il y a surtout l’enregistrement sonore intégral de l’assemblée générale des personnels de Radio France, menacés d’un plan de licenciement de trois cents emplois et d’un rabotage du budget, du même métal. L’assemblée a été houleuse, et le cher PDG a été sifflé par ses employés. D’ailleurs, un autre article complète ces informations.

Enfin, cerise sur le gâteau, un sketch hilarant de François Morel, que vous ne trouverez qu’ICI, sur les grèves à Radio France et sur ce qu’il pense des autres radios. C’est vraiment saignant, un véritable chef-d’œuvre, et ça date de... 1999 ! Mais oui.

Publié dans Social, Actualité, Médias, Radio

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

G
Et maintenant, félicitations, promotions, macarons, pour Mathieu Gallet ?
Qui "a tenu bon", qui est blanchi par l'inspection des finances, etc...
Les 795 000 euros pulvérisés à l'INA, pour "son image", oubliés, pardonnés ?
Il devrait briguer l'Elysée le freluquet, qui affiche partout son sourire de vendeur de bagnoles maquillées.
Répondre
Y
Allons, on en fera un ministre, pour commencer. Dès qu’on aura éjecté Fleur Pellerin, qui ne peut plus le sentir. C’est drôle, Gallet et Macron, je les vois bien se marier. Quel joli couple, si bien assorti !