Pas de séisme dans les médias

Publié le par Yves-André Samère

Cet affreux séisme qui vient de ravager le Népal, pays pauvre de l’Himalaya, présente quelques points communs avec l’accident de cet avion allemand qui s’est écrasé dans les Alpes françaises. Je ne les recense pas, car vous êtes capables de le faire vous-mêmes. Néanmoins, impossible de ne pas constater que le comportement des médias est pratiquement identique dans les deux cas.

Voyez plutôt comment Canal Plus a réagi : on a interviewé Mathieu Ricard, qui n’a que peu de rapports avec le Népal puisque, dans la vie, il fait moine au Tibet ainsi que doublure-lumière du dalaï-lama (ils ont le même tailleur). Puis on a déniché deux civils à inviter : le représentant d’une ONG, qui a semblé plutôt efficace, et une fille n’ayant rien à dire de plus intéressant que le fait d’avoir un copain qui fait du tourisme au Népal (mais il faut dire « trekking », c’est plus in), et dont elle ne sait ni où il se trouve, ni s’il est vivant. Elle a seulement mis des messages sur Facebook et Twitter, mais n’en a rien appris. En résumé, elle ne sait RIEN. Ça ne vous rappelle pas un sketch de Coluche ?

Bref, on fait du remplissage avec n’importe quoi. Ce n’est pas nouveau.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 28/04/2015 15:55

Maintenant, ils en sont à compter le nombre de morts avec des airs gourmands.
Mais que faisait cette jeune femme à dire qu'elle n'avait pas de nouvelles ? A sa place, il me semble que j'aurai autre chose à faire qu'à me pavaner dans les médias. Enfin, je suppose qu'elle était jolie, sinon elle n'aurait pas été recrutée pour cette comédie.
Comme chez Ardisson et ses invités "je suis en fauteuil roulant suite à mon viol par des séminaristes et mon pneu vient de crever, mordu par un lion enragé. Mais je me soigne."

Yves-André Samère 29/04/2015 16:38

Les médias montent en épingle les morts pittoresques, celles qui permettent de faire des images « choc » ou des commentaires larmoyants. Comme voulez-vous que le public vibre pour des morts banales ? Rappelez-vous la condition indispensable : il faut que, ce soir, toute la population soit « en état de choc ».

DOMINIQUE 29/04/2015 10:54

Oui, j'ai lu votre article et je n'ai pas voulu en rajouter. Mais savoir que l'on pleure l'hiver sur des skieurs inconscients ça me rend chèvre, et l'on ne s'appesantit pas sur des gens tués bêtement par des ivrognes au volant.

Yves-André Samère 29/04/2015 08:58

C’est bien ce que je me suis dit, elle n’avait rien à faire là. Déjà, cette émission est le festival du remplissage. Mais la fille était jolie, oui, et si vous regardez le public, vous verrez qu’il ne s’y trouve que des jeunes, et plutôt regardables. Je me suis souvent demandé comment on les recrutait, puisque les inscriptions se font par téléphone !
Pour ce qui est de compter les morts, Jean Anouilh a très bien traité la quesion.