L’espiègle Lilith

Publié le par Yves-André Samère

J’ai un léger défaut. Oh, un seul, et à peine perceptible ! Je fais des promesses, puis le temps passe, et je les oublie. À ce propos, je n’ai pas oublié d’envoyer un DVD à tous mes lecteurs qui me l’ont demandé. Alors, s’ils l’ont reçu, ce ne serait pas plus mal de me le faire savoir. Pas pour me remercier, car vous savez ce que j’en pense, mais pour me rassurer sur le fait que la Poste existe toujours et pense à faire son travail. Accessoirement, si l’envoi n’est pas arrivé et a fait le bonheur d’un honnête postier, me permettre ainsi d’en expédier un autre exemplaire.

Si j’oublie mes promesses, ou plutôt, si j’y pense et remets à demain le soin de les tenir, c’est tout simplement parce que je suis débordé. En fait, j’attends du tandem Hollande-Valls qu’il fasse voter une loi portant à quarante-huit heures la durée de la journée, et qu’il légalise par la même occasion la vente libre de l’ecstasy, qui ôte en partie le besoin de dormir, et qui est sans danger (sauf si on réside en Indonésie).

Au rang de ces promesses non tenues, celle que je m’étais faite – ce qui est plus prudent, car nul ne me reproche alors de l’avoir oubliée – de reparler un peu de Lilith, dont je vous ai brièvement entretenus ICI, n’est pas tombée à l’eau, mais a fait l’objet d’un processus de procrastination. C’est un personnage bien intéressant, cette Lilith, quoique fictif comme presque tous ceux dont parle la Bible, ouvrage qui est un tissu de fadaises probablement rédigé par le baron de Munchhausen – en France, le baron de Crac. J’y avais fait allusion en soulevant cette question de génétique mise sous le tapis par les tenants de la religion catholique, qui n’aiment pas beaucoup qu’on évoque ce fait pourtant strictement logique : si Ève a été crée à partir d’une côte d’Adam [sic], alors elle était le résultat d’un clonage et se trouvait être la sœur du donneur. D’où cette conséquence, que l’espèce humaine ne pouvait provenir que d’un inceste.

Il faut croire que quelques dégourdis ont songé depuis longtemps à ce point épineux, et l’un d’eux, je ne sais qui, a émis l’idée qu’avant Ève, il avait existé une autre femme, dont l’Ancien testament ne parle pas, et qui aurait été la première femme d’Adam. Lilith, c’est elle, et elle ne provient pas d’un clonage ; donc elle n’a aucun lien de parenté avec son époux, et vous pouvez y aller, mes enfants, c’est pour la patrie et pour Notre Père à tous !

Lilith n’est mentionnée dans l’Ancien Testament qu’une seule fois, et seulement sous forme d’allusion. Isaïe, dans son chapitre 34, parle au verset 14 d’un être qu’il ne nomme pas. Je cite : [Dans le désert], « le spectre de la nuit aura sa demeure, et trouvera son lieu de repos ». Certes, ce n’est pas très explicite, et le cher Isaïe ne se mouillait guère, mais d’autres textes, sous forme d’exégèse, ont complété la croyance, qui a débordé sur d’autres religions ou sectes, afin de symboliser la Femme et sa sexualité. Bref, c’est une sorte de démon femelle, dont les récits hébraïques et juifs ont corrigé l’aspect initial pour le rendre à la fois plus androgyne et plus effrayant. Mais dans les textes chrétiens, rien avant... une célébrité comme « saint » Augustin, qui a vécu assez longtemps, de 354 à 430, à Hippone, en Algérie, un endroit en ruines que j’ai visité plusieurs fois, et où l’on a construit une basilique portant son nom. Il se contente d’ailleurs de mentionner que Lilith est une illusion de l’esprit – tout comme Jésus, oserais-je dire si je ne craignais d’aller en enfer.

Tout ça ne nous avance pas beaucoup, mais c’est le propre des légendes. Voyez ce qu’on a fait avec ce pauvre Judas !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

K
Diffusion massive de CD sans payer les taxes aux ayants droit.
Dénigrement de la Poste.
Bocardage du gouvernement.
Apologie de la prise de drogue.
Remise en cause des dogmes sacrés sur Jésus et la Sainte Bible.
Et surtout, moquerie sur la Sainte Eglise Romaine et Apostolique.
Votre compte est bon: je vous dénonce immédiatement à la police secrète de l'internet.
Un billet simple et gratuit pour l'enfer, voila ce que vous avez gagné.
Répondre
Y
Je suis fichu, mais pas surpris ! Il y a longtemps que ça me pendait au nez.
(Mais si le billet est gratuit, c’est demi-mal)
C
Ca-y -est; je l'ai . Vive Didier Porte !
Répondre
Y
Tant mieux. Et je ferai savoir à Didier que vous l’appréciez. Il sera content. Si jamais il passe dans votre région, je vous ferai inviter à son spectacle.
C
Encore, encore! J'adore quand vous nous racontez la Bible, quel bonheur , en ce moment de recrudescence du fait religieux, ça fait du bien ! Mieux que les fadaises pour enfants de 7 à 77 ans produites par Hollywood . Pas reçu le CD de Didier Porte mais, ai-je bien fait ma demande ?
Répondre
Y
J’ai seulement cet avantage d’avoir lu la Bible in extenso (bien que ce soit pénible, par moment), et les tares de ce livre sautent aux yeux de qui a l’esprit libre.
Pour le CD, non seulement je l’ai expédié, mais j’avais vérifié votre adresse dans l’annuaire. S’il n’arrive toujours pas, dites-le moi, je ferai un nouvel envoi. Un autre de mes lecteurs a bien reçu le sien.
C
Encore, encore! J'adore quand vous nous racontez la Bible, quel bonheur , en ce moment de recrudescence du fait religieux, ça fait du bien ! Mieux que les fadaises pour enfants de 7 à 77 ans produites par Hollywood . Pas reçu le CD de Didier Porte mais, ai-je bien fait ma demande ?
Répondre
M
Effectivement, en m'abstenant, comme vous nous l'aviez demandé, de vous remercier, j'ai également négligé de vous signaler que j'avais bien reçu votre envoi. J'ai regardé le CD presque aussitôt et ai passé un très bon moment. Merci à vous ! (non, je l'ai pas dit)
Répondre