Vaincu par l’impossible

Publié le par Yves-André Samère

C’est décidé, je me convertis ! À quoi ? Mais non, pas à l’islam. Devoir, un mois par an, dormir le jour et ne boire et manger que la nuit – surtout boire – m’est insupportable. Et puis, marcher pieds nus sur le sol d’une mosquée, tout cela parce que je ne sais quelle idole estime que le sol de sa maison est un sol « sacré », il y a plus drôle.

Non, je vais me convertir au surnaturel. De rationaliste, je deviendrai adepte de tout ce qui me défrisait jusqu’à présent. Pourquoi ? Parce que je viens de découvrir que je possédais des super-pouvoirs, au même titre que ces héros qui ont envahi nos écrans de cinéma sans que le public s’esclaffe. Et donc, nul ne rira de moi.

La voie qui m’a conduit à cette décision n’est pas simple, elle est passée par... Canal Plus. Vous n’êtes pas sans savoir (les cons disent « sans ignorer ») que Canal Plus a produit un feuilleton intitulé Le bureau des légendes, dont la vedette est Mathieu Kassovitz, téléfilm tourné à la Cité du cinéma de Luc Besson – c’est à Saint-Denis –, ainsi qu’à Merzouga et Casablanca, au Maroc, lieu de tournage classique pour toute histoire se déroulant dans un pays arabe (pas question de filmer à Damas ou Alger). Feuilleton que la chaîne diffuse à raison de deux épisodes tous les lundis depuis le 27 avril. Il y a dix épisodes prévus, de cinquante-deux minutes chacun, et si vous savez compter, il n’y a eu que deux lundis depuis le 27 avril, par conséquent on n’a passé que quatre épisodes. Par ailleurs, le feuilleton n’a été diffusé qu’en France, sur Canal Plus évidemment, le DVD ne sera mis en vente que le 27 mai, et donc, il est absolument impossible que quelqu’un ait pu voir la totalité de cette œuvre qui s’annonce comme immortelle vu qu’Emmanuel Bourdieu a écrit neuf épisodes sur les dix (et si vous voulez savoir ce que je pense d’Emmanuel Bourdieu, allez lire les critiques de films que j’ai gribouillées ICI et ).

Eh bien, là où surgit le surnaturel, c’est que, par un miracle inexplicable comme tous les miracles, la totalité des dix épisodes vient d’atterrir sur mon disque dur. Et que je puis donc, dès cet instant, visionner en entier les dix épisodes, y compris les six derniers que nul ne peut voir. Je vous signale que les sites illégaux de téléchargement ne les possèdent pas, et que le syndicat des auteurs a fait effacer les quatre épisodes déjà en ligne.

Vous comprenez à présent ma position : je suis victime d’un fait affolant, qui me pousse à renoncer à toute explication logique. La seule perspective qui me reste est de croire désormais à l’impossible.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Mon cher Yves-André, sur le site de Canal+ à la demande, qui permet de revoir la plupart des séries, émissions et films en cours de diffusion sur les antennes de Canal+, Les 10 épisodes sont à disposition pour que n'importe qui puissent regarder en dehors de la diffusion classique du lundi soir.<br /> Un peu comme Netflix le fait avec les séries qu'il produit, tu genre House Of Cards.<br /> Donc, pour peu qu'un petit lutin soit abonné à Canal+ et ait récupéré tous les épisodes qui sont mis par Canal+ lui même sur ses serveurs, il n'y a qu'un pas que je n'oserais pas franchir !!
Répondre
Y
J’ignorais ces détails, car je ne suis pas abonné à Canal Plus. Je le reçois gratuitement chaque année, pendant un mois, en mars ou avril, car on essaie de me harponner pour mes tirer mes sous, et je n’en profite pas, car les programmes (football ou films déjà vus en salles) sont trop mauvais.<br /> En réalité, depuis que Canal Plus sabote les sous-titres de ses chaînes de cinéma, qui ne restent à l’écran qu’une fraction de seconde, et ses génériques de fin en y incluant de la publicité pour le programme qui vient immédiatement après, je regarde très peu ses films et séries, et me rabats sur ceux d’OCS, où tout est parfait. Pour le moment !
J
Kotec m'a percé à jour ! Les faux étaient monnaie courante sur eMule, dissimulant un porno sous un nom de blockbuster attendu.
Répondre
Y
Oui, j’ai eu ça assez souvent. Mais si on a le début du film, on peut visionner un aperçu, et arrêter les frais quand cela se produit.
K
Dans le genre surnaturel et irrationnel, j'ai une amie qui ne jardine que selon les principes de la "bio-dynamique". Nous sommes un peu fâchés, maintenant, car je me suis étonné qu'elle puisse gober un ramassis de conneries aussi grosses. Pourtant elle a été professeur agrégé, ce qui prouve qu'un haut niveau d'étude n'empêche pas une crédulité digne du moyen-age. <br /> Pour résumer, la "bio-dynamique" c'est l'astrologie plus l'homéopathie appliquées aux radis et aux poireaux. Avec la lune, évidemment.
Répondre
Y
Les beaux diplômes ne garantissent rien. Comme je suis heureux de n’en avoir aucun !
K
Je pense que Julien se souvient du temps de la mule, où le contenu de beaucoup de vidéos étaient, disons très différents de leurs titres. J'ai récupéré ainsi quelques épisodes de Buffy (LA série, pour moi), dont le visionnage montrait plein de dames très affamées et des messieurs très tendus.
Répondre
Y
J’utilise toujours eMule, de temps en temps. En 2010, il m'a valu une lettre de l’Hadopi, qui ne m’a pas beaucoup affolé, puisqu’il suffisait d’attendre six mois et de ne pas viser les titres trop connus.<br /> À part cela, JAMAIS je n’ai été bredouille, y compris quand je recherchais un obscur film japonais de 1958, que personne ne connaît, et que j’ai déniché en dix minutes.<br /> (En fait, si, tout de même : un copain cherchait un film avec Raymond Bussières, mais là, il visait trop haut, je n’ai pas pu le lui trouver. Je lui en ai envoyé un autre avec Bubu)
D
D'après moi, votre ordinateur a sa vie propre. Il n'a pas pu attendre le lundi suivant. A votre place je me méfierais : un jour, il va télécharger l'intégrale de Joséphine Ange Gardien.
Répondre
J
Il y a quelques années, c'était le signe que le contenu de la vidéo n'était pas vraiment ce qu'on attendait.
Répondre
Y
Je n’ai pas compris cette histoire de signe.<br /> Comme je l’ai dit, le fait que ce ringard d’Emmanuel Bourdieu a écrit neuf épisodes sur les dix, c’est déjà un mauvais signe. On verra en visionnant tout ça.