Précocité

Publié le par Yves-André Samère

Entendu ce matin un petit fait rigolo. C’était sur France Inter, où Léa Salamé interviewait l’un des deux hommes qui, vivant en couple, ont désiré avoir un enfant conçu à l’étranger par une mère porteuse – puisque cette pratique est interdite chez nous. Ils ont longtemps été bloqués sur place par le consul de France, qui refusait de leur fournir les papiers nécessaires à leur retour en France avec les deux bébés qu’une femme du pays a mis au monde pour eux. Mais Fabius, ministre des Affaires étrangères, s’est entremis, et les deux hommes ainsi que leurs bébés sont arrivés en France, donc tout va bien.

Je passe sur ce qu’a prétendu l’un des deux pères : que la mère porteuse n’a pas été payée, et qu’elle a consenti à la transaction par charité chrétienne. Je ne suis pas en mesure de trancher, et du reste cela m’intéresse fort peu. Non, ce qui m’intéresse, c’est ceci : lorsque l’intervieweuse a demandé à cet homme si les deux enfants allaient bien, il a répondu que oui, et qu’ils étaient contents d’être en France.

Contents d’être en France ? Attendu qu’ils sont âgés de... deux mois, il urge de réserver à ces surdoués une place dans les meilleures écoles du pays. Sciences (petit)Po(t), peut-être ? N’attendons pas qu’ils soient sevrés.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Oui, ça m'a fait rigoler aussi, cette histoire de bébés contents. Les arguments de cet homme étaient pathétiques. Enfin, avec deux bébés, ils ne sont pas près d'avoir une nuit complète de sommeil.
Répondre
Y
Ils n’auront qu’à se marier. Avec deux femmes !
J
Et ce "désir" d'enfant...
Il faut écouter attentivement cette phrase, et réfléchir aux différents sens qu'elle peut porter.
Répondre
Y
Oh ! Shocking... Tu as l’esprit très mal tourné.