L’homéopathie, un attrape-nigauds

Publié le par Yves-André Samère

Pourquoi certains médecins du type Diafoirus préfèrent-ils traiter leurs malades avec de la poudre de perlimpimpin (je vise les « médicaments » homéopathiques, là) plutôt que de les envoyer chez un psychiatre, qui prescrit de vrais médicaments, lui ? Parce que dire à quelqu’un que tout se passe dans sa tête, ça peut non seulement le heurter, mais surtout produire l’effet contraire. Le « médicament » homéopathique – je tiens aux guillemets –, auquel croit le malade, agira sur son psychisme uniquement, en vertu du bien connu effet placébo, mais le malade pensera aussi que c’est sur son corps qu’on a agi. C’est l’essentiel.

Reste à savoir si c’est très déontologique, de la part de la Sécurité sociale, de rembourser des faux médicaments, comme elle le fait. D’autant plus qu’elle le sait, la Sécu, qu’ils sont faux : au contraire des vrais médicaments qui ont besoin, pour être vendus, d’une AMM (autorisation de mise sur le marché) délivrée par le ministère de la Santé, les produits de la firme Boiron, qui a le quasi-monopole, sont vendus sans cette autorisation. Ça veut tout dire : ils n’en ont pas besoin, puisqu’ils n’ont aucune action, ni en bien, ni en mal. Il y a une trentaine d’années, un journaliste de « Science et Vie » également médecin, le docteur Jean-Michel Bader, avait absorbé une quantité absolument massive d’un produit commercialisé par cette firme, et qui avait été préparé à partir... de l’arsenic. Il avait fait cela sous le contrôle d’un huissier, dont il avait publié le rapport. En théorie, cette ingestion massive aurait dû l’expédier ad patres. Mais non, il n’y avait eu aucune conséquence, et l’expérimentateur se portait aussi bien après qu’avant.

Question : pourquoi l’État n’ordonne-t-il pas la fermeture de Boiron, qui escroque les gens depuis 1932 ? Toujours pour la même raison, la peur panique de fabriquer des chômeurs. C’est un peu comme les arsenaux qui fabriquent des mines antipersonnelles, production que les syndicats défendent si ardemment. Mieux vaut tuer des innocents.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Brigitte L'HORTY 16/04/2019 11:53

C'est évidemment un placebo mais si ça marche, où est le problème ? On dit aussi que rien que le fait de consulter un médecin diminue notablement les symptômes chez certains...

Yves-André Samère 16/04/2019 15:26

Le problème, c’est que ces prétendus médicaments ne contiennent RIEN, aucun principe actif, mais qu’ils se vendent très cher ! À la base, c’est une forme d’escroquerie aux dépens de la Sécurité sociale, donc à nos dépens. D’ailleurs, la majorité des médecins condamnent l’homéopathie, qui ne repose que sur la confiance des gogos.

De toute évidence, vous n’avez lu que le premier paragraphe de mon article. Lisez donc le reste !

tilt! 30/07/2015 09:53

Vous exagérez toujours. Dans les granules il y a bien quelque chose: du sucre. Qui donne de l'énergie et nourrit votre cerveau. Donc l'escroquerie n'est pas totale.
Et puis les adeptes de cette sorte de médecine sont des victimes bien consentantes et même bien contentes...C'est peut être une forme très subtile de chamanisme ou de magie dont elles sont alors victimes?
En tout cas, si j'étais le fabriquant, je continuerais sur la même voie.

Yves-André Samère 31/07/2015 11:21

Gallet serait en pourparlers avec Édouard Balladur, afin de lui racheter sa chaise à porteurs. Restera ensuite à trouver les porteurs. Ils risquent de coûter cher, mais le budget de Radio France est illimité.

Yves-André Samère 30/07/2015 11:22

Nulle part je n’écris que les produits vendus par Boiron ne contiennent RIEN. Cela dit, c’est bien vrai que le sucre guérit tout. La légende qui attribue au glucose l’existence du diabète et autres maladies anodines devrait être combattue avec énergie par le ministère de la Santé. Bourrons les gosses de sucre, ils ne s’en porteront que mieux. Et j’adore cette idée d’escroquerie « pas totale ». Je vais sans doute m’y mettre.