Poisson luminescent

Publié le par Yves-André Samère

Vous avez peut-être vu au cinéma Jurassic world, le quatrième film sur les dinosaures produit par Steven Speilberg (pas réalisé, car il n’a fait que les deux premiers), et vous savez qu’il y est question d’un parc d’attraction un peu plus palpitant que Disneyland, car peuplé de dinosaures particulièrement féroces. Or certains de ces animaux fabriqués par l’homme n’ont jamais existé, car leur ADN avait été synthétisé à partir de plusieurs ADN « mélangés » – si j’ose m’exprimer aussi peu scientifiquement.

Fantaisie de cinéma ? Pas tellement, puisque, il y a quelques semaines, on a beaucoup parlé de ce mouton génétiquement modifié, dont l’ADN avait reçu partiellement celui... d’une méduse ! Cela n’avait pas donné un mouton fluorescent, et c’est dommage, cela aurait un peu embelli la campagne, qui en a bien besoin. Mais, ce à quoi je voulais en venir, c’est ceci : cette initiative n’est pas vraiment nouvelle, car l’idée se trouvait déjà dans une série télévisée comique, The big bang theory, dont la diffusion a commencé le 24 septembre 2007 (il y avait eu un premier épisode pilote le 1er mai 2006, mais il n’a jamais été diffusé). Or, dans le quatrième épisode de la première saison, intitulé The luminous fish effect et diffusé le 15 octobre 2007, on trouve cette réplique dans la bouche d’un jeune scientifique cinglé : « J’ai lu un article sur des chercheurs japonais qui ont introduit de l’ADN de méduse luminescente dans d’autres animaux, et je me suis dit “Poisson-veilleuse” ». En foi de quoi, il avait fait de même sur son poisson rouge ! (Faute d’avoir un mouton chez lui, je suppose)

Parfois, la réalité imite la fiction. Je me demande si elle ne devrait pas le faire plus fréquemment, elle serait moins déprimante.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :