Vacances royales

Publié le par Yves-André Samère

 

Lecteurs fidèles et curieux, je suis certain que vous avez été déçus par la photo que « Le Canard enchaîné » a publiée cette semaine en haut de sa page 3. Elle montre une partie de l’humble masure que le roi d’Arabie Saoudite possède à Vallauris, et pour qui, violant la loi française sur le littoral, les princes (ah ah !) qui nous gouvernent ont fait, d’une plage publique, une plage privée pour la durée de son séjour – entre Grands de ce monde, on sait s’arranger, et les petits cadeaux entretiennent l’amitié. Ce dont France Inter nous a parlé ce week-end, avec trois ou quatre jours de retard. Mais c’est France Inter, n’est-ce pas ? Or cette photo du « Canard » est en noir et blanc, ne montre que la moitié de la propriété, et ne permet pas non plus de voir sa façade arrière, celle qui donne sur la route et la voie ferrée (Sa Majesté est peut-être sourde, ou, plus probablement, dort du sommeil du juste). « Le Canard enchaîné » ne vous dit pas non plus que ce domaine s’appelle Château de l’Horizon. Faut que je fasse tout, moi...

Comme je rougirais de vous informer de manière aussi parcellaire, j’ai demandé à ma tante Liliane de s’entremettre auprès du Premier ministre, afin qu’il mette à ma disposition le Falcon qui lui a permis de se rendre dernièrement à Berlin pour un entretien de la plus haute importance avec Michel Platini, et dont il importait que ses deux fils fussent témoins. Ainsi, survolant ce lieu de rêve, j’ai pu photographier la demeure royale des deux côtés, et je vous aurais offert le double résultat si le site qui stockait ces images n’avait pas été supprimé. La plage, minuscule, de cinquante mètres seulement, pas vraiment Copacabana par conséquent, se trouve exactement au milieu, à droite du petit port et au pied d’une rangée de huit fenêtres. Et puis, il est faux que la propriété s'étale sur un kilomètre le long du rivage. En fait, un peu plus de cinq cents mètres seulement. Ils ont encore bu un coup de trop, au « Canard ». Ou alors, ils photographient tout avec un  hypergonar, la fameuse invention du professeur Chrétien qui a permis le CinemaScope.

Une simple remarque : le roi a mal choisi l’endroit de sa villégiature estivale, car  la façade maritime de la propriété fait face à l’est. De sorte que Sa Majesté sera dérangée le matin par le soleil levant, et ne le verra pas l’après-midi.

Mais le soleil, après tout, ne manque pas, dans son pays. Il peut y retourner quand il voudra, personne, dans le patelin, ne le retiendra !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :