« Absolument nickel » !

Publié le par Yves-André Samère

La matinale de France Inter, que je prends en marche à sept heures et demie, est pour moi une source de rigolade, et alimente souvent le présent bloc-notes. Ce matin, je n’ai donc été ni surpris ni déçu.

La journaliste Ariane Chemin a rédigé une série d’articles pour « Le Monde ». Sujet : Michel Houellebecq, écrivain un peu scandaleux et très à la mode. Or, non seulement Houellebecq a refusé de lui parler, mais il a menacé de porter plainte contre le journal si se trouvent publiées des indiscrétions sur sa vie privée. France Inter a donc invité la journaliste pour lui demander quelques détails. Pas rancunière car ce genre d’incident se produit de temps en autre, elle couvre d’éloges l’écrivain irascible, assurant que c’est l’écrivain français le plus connu à l’étranger, et que, « dans sa tour du treizième », il travaille beaucoup et remet à son éditeur des textes « absolument nickel ». Sic.

Il se trouve qu’ayant reçu son dernier roman, Soumission, AVANT sa mise en vente, j’ai été un de ses premiers lecteurs. Je suis donc bien placé pour noter que le grand écrivain devrait consulter un ophtalmologue, car son texte absolument nickel comporte à la page 163 une coquille que nul n’a vue, ni son auteur, ni son éditeur, ni les correcteurs payés pour débusquer ce genre de scorie – qui subsiste donc dans tous les exemplaires mis en vente (j’ai vérifié à la FNAC). On peut en effet y lire que le « départ à la retraire » de certains personnages était devenu certain !

Ils sont donc partis retraire des vaches à la campagne ?

Publié dans Livres

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Lu quelques romans de cet écrivain, et je ne comprends pas trop son succès intergalactique (pour le moins). S'il est connu à l'étranger, c'est peut-être par son côté exotique, si "français". Son style n'est pas ébouriffant, son vocabulaire assez ordinaire, et le fond n'a rien d'universel. Il serait plutôt contemporain, à la mode, mais sans souffle.
Agréable mais sans plus.
Un peu fatiguée cependant par l'aura de grand écrivain qu'on lui colle, usurpée en partie à mon avis.
Mais ceci est l'avis d'une provinciale un peu arriérée.
Répondre
Y
Non, je pense la même chose. Il est d’ailleurs très négligent avec la ponctuation et la typographie !

Son roman est amusant, mais ne casse pas des briques, et je comprends mal qu’Ali Baddou ait pu avoir envie de vomir en le lisant.