Avertissement à Stéphane Bern

Publié le par Yves-André Samère

Stéphane, tu devrais faire attention ! Tes rares imprudences risquent de compromettre ton élection à l’Académie française, dont tu rêves depuis des années.

Hier soir, sur France 2 dont tu es l’un des piliers, tu commentais le documentaire sur Isabelle la Catholique, reine d’Espagne à l’époque des voyages de Christophe Colomb. Or, faisant le guide dans les plus beaux lieux du pays, tu as prononcé trois fois le mot patio, en le prononçant « passio », à la manière des ignares. Je me suis d’abord dit que, si tu parles l’allemand et si tu t’es mis à l’anglais – que tu parles mieux que ce pauvre Hollande et que cette pauvre Ségolène Royal, laquelle a sottement parlé des engagements de Barack Obama dans un message envoyé à celui-ci, alors qu’on doit dire commitments –, j’ai donc pensé, disais-je, que tu ignorais la langue espagnole. Or, pas du tout, tu as utilisé plusieurs mots espagnols, comme Giralda, et les as prononcés correctement.

Ne reste donc qu’une hypothèse : c’est ton français qui a des trous. Va plutôt lire cet article. Ce n’est pas moi qui l’ai écrit, preuve que ce type de faute agace d’autres que moi.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Trouvé le mot patio correctement prononcé dans.... Zorro. Si si, je regarde Zorro. Pour la dixième fois, au moins, sur France 3.
Répondre
D
Vers les années 60, il était en noir et blanc. Il a été colorié (pourquoi pas, colorié, au fait) des années après.
Y
Noir et blanc ? Ce feuilleton a été recolorié (il faut dire « colorisé », maintenant, sinon on vous colle un contrôle fiscal), et retaillé aux dimensions qui plaisent aux possesseurs d’écran 16/9.
D
Des dizaines d'années, ça oui. Je le regardais en noir et blanc quand j'avais vers 7-8 ans. Le jeudi après-midi, avec les gamins du quartier, car on était pratiquement les seuls à avoir la télévision.
Y
Je devine : ce feuilleton a été doublé il y a des dizaines d’années, quand les acteurs de doublage parlaient encore le français. Aujourd’hui, on fait doubler les films par des marioncotillards et autres décérébrés.