Inacceptable !

Publié le par Yves-André Samère

Fait divers en Nouvelle-Calédonie, que rapportait hier « Le Parisien » : « Un coup de feu a été tiré directement en direction [d’un] véhicule [de gendarmerie]. La balle l’a traversé et un gendarme a été blessé », explique la procureure [sic] de la République Claire Lanet sur Nouvelle Calédonie Première. [...] La procureure qualifie ces faits d’ “inacceptables”, etc. ».

Vraiment, j’adore cet emploi du mot inacceptable, utilisé à longueur de journée par les officiels. En somme, ces gens-là ont un esprit binaire : il y a les faits acceptables et les faits inacceptables. Autrefois, on faisait la distinction, et on savait parfaitement repérer les faits criminels. Mais aujourd’hui, où les malfaiteurs ne sont plus que présumés, y compris quand on les prend sur le fait, ce serait très vexant pour eux et politiquement incorrect de dire les choses comme elles sont.

« J’appelle un chat un chat et Minet un fripon », qui donc disait cela ? Ah oui, c’était Boileau, et, plutôt que Minet, il visait un certain procureur Rollet, ce qui collait mal avec le terme de chat (mais je ne veux pas d’ennuis). De nos jours, ce téméraire serait traîné en justice par Rollet – et moi, par Minet. Pour diffamation.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

J
Mon oeil !!
Répondre
Y
De ma part, c’était un clin d’œil.
J
J’appelle un chat un chat attention au doberman , lui aussi traîne facilement en justice ...
Répondre
Y
C’est vrai que Le Pen attaque facilement. Mais il perd toujours !