La Poste « s’adapte » !

Publié le par Yves-André Samère

Si vous avez lu toutes les vacheries – et vous auriez tort de ne pas – que j’ai balancées depuis plus de huit ans sur le compte de la Poste, au point de lui consacrer une rubrique spéciale en bas et à droite de votre écran, vous ne serez pas surpris.

Déjà, on était passé, à Paris, d’une Grande Poste ne fermant jamais à une Grande Poste fermant une heure par jour, avant de normaliser tout ça et d’adopter les horaires de tous les bureaux de poste de la capitale : ouverture à huit heures, puis seulement à dix heures, fermeture totale à partir du samedi à midi, et ainsi de suite. Or ce service qui se dit public vient encore de faire un grand bond, mais en arrière, puisque, dans mon quartier, une affichette très discrète, apposée près de la porte (fermée) nous apprend que « C’est l’été, et [que] la Poste S’ADAPTE »... en n’ouvrant plus qu’entre 13 heures et 19 heures. Pour la Poste, s’adapter, c’est donc réduire un service déjà minimal.

Elle va bientôt s’accomplir, cette prophétie que je faisais naguère : qu’un jour, les bureaux de poste n’ouvriront que l’après-midi, entre quatre heures et quatre heures et demie. Vous pariez une Cadillac en or massif ?

Travailler moins pour gagner la même chose ? Ce serait du plus mauvais goût que de rappeler qu’autrefois, l’acronyme PTT était, selon des malveillants, celui de Petit Travail Tranquille.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

T
Pour ce qui vous concerne, on n'a même pas précisé que c'était "pour mieux vous servir"? Allons, ce sont de petits joueurs.
Répondre
Y
Ce doit être sous-entendu, puisque c’est ce qu’on dit en général. Je vais néanmoins faire une réclamation. Si on se fiche de moi et de tout le quartier (très honorable, puisque mon bureau de poste se trouve rue Saint-Denis), j’exige qu’au moins on mette les formes.