Le cinéma au secours des cancres

Publié le par Yves-André Samère

Aujourd’hui sort en salles un film tourné aux États-Unis et intitulé Vacation – ce qui signifie « Vacances », comme on sait. Or, distribué en France, il a été affublé du titre Vive les vacances.

On sait également que les distributeurs français sont les aristocrates du titre à la noix, capables de transformer un titre anglais en un AUTRE titre anglais, censé compris par ces crétins de Français – beaucoup moins cultivés qu’eux comme on sait. En foi de quoi, The hangover est devenu Very bad trip (sachant qu’aucun Français ne peut savoir que hangover désigne une gueule de bois), et l’excellent titre The boat that rocked, avec un jeu de mots sur rocked, a été titré avec cette désolante banalité qu’est Good morning England, pompé sur le titre d’un autre film, Good morning Vietnam.

Pour le film dont je vous parle aujourd’hui, la première victime, en dehors du public, c’est la grammaire. Quand on a eu la chance très rare d’aller à l’école et d’avoir une institutrice connaissant son métier, on sait que Vive les vacances comporte une faute de conjugaison, attendu que vive est le subjonctif du verbe vivre, que son sujet est au pluriel, et que conséquemment on DOIT écrire « Vivent les vacances ». C’est si évident qu’on est obligé de l’expliquer à des ânes bâtés surpayés.

Sans surprise, cette sottise, étalée sur des centaines d’affiches, va servir d’exemple et se répandre un peu plus. Il fallait vraiment ça. Je ne serais pas étonné que le dictionnaire Robert la trouve très acceptable.

Publié dans Langue française

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

C
çà peut aller jusqu'à dire le contraire , en français , du tire anglais ex: L'aigle s'est envolé (The Eagle has landed), Film de 1976 avec l'excellent Michael Caine ; pardon Sir Michael Caine !
Répondre
Y
J’ai vu ce film. Et même deux fois !