Mensonge contre ignorance

Publié le par Yves-André Samère

J’ai sans doute un ou deux défauts, je crois l’avoir déjà dit, et je ne me reconnais qu’une qualité, que d’aucuns qualifieraient peut-être de négative : non seulement je ne mens en aucun cas, mais, lorsque je ne sais pas quelque chose, je dis que je ne sais pas. Or la plupart des gens que je connais préfèreraient se faire découper en tranches plutôt que de reconnaître leur ignorance, dans quelque domaine que ce soit. Et oui, là, je pense aux journalistes et aux politiciens. (Pour les publicitaires, ça tombe sous le sens, inutile de souligner)

Mais qu’est-ce que l’ignorance, comparée au mensonge ? Le pape, Ségolène Royal ou le ministre des Finances ne sont certainement pas ignorants, car ils ont fait des études, mais ils mentent effrontément pour protéger leur petit bizness. Le mensonge est inexcusable, à mon avis, mais l’ignorance a des excuses. Si vous ignorez la théorie de la Relativité restreinte ou le paradoxe du chat de Schrödinger, c’est uniquement parce que l’information n’est pas parvenue jusqu’à vous. Question de hasard, le plus souvent. Et j’estime absolument répugnant de se payer la tête de quelqu’un qui ne saurait pas qui était Clemenceau – c’est arrivé à Steevy Boulay –, ou à quoi servent les logarithmes.

Naturellement, il faut nuancer. Si vous êtes payé pour trouver puis publier des informations, vous n’avez aucune excuse de n’avoir pas fait l’effort nécessaire pour vous renseigner (les cuistres disent investiguer, ce qui les place à un niveau supérieur au nôtre). Si, le 15 août, vous rédigez un papier sur la mère de Jésus et racontez à la radio que l’Immaculée Conception signifie que Marie a eu le divin enfant tout en restant vierge, vous êtes un parfait crétin doublé d’un flemmard qui n’a pas pris la peine de téléphoner à l’église la plus proche, où le premier curé venu vous aurait donné le sens de cette expression, qui est tout autre. Bref, vous n’avez alors aucune excuse et vous trompez les auditeurs, qui déjà n’ont pas besoin de vous pour avoir des idées fausses. Et le moindre des vidéastes, qui travaille gratuitement et par passion, est plus consciencieux qu’un journaleux grassement payé. Je vous donne un exemple dans une autre notule.

Publié dans Mœurs, Culture, Médias, Religion

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :