Mépriser TF1, oui, mais pourquoi ?

Publié le par Yves-André Samère

Ne prétendez pas le contraire : vous vous demandez pourquoi je méprise autant TF1, alors que je n’ai aucun intérêt dans l’affaire. Eh bien, je vais vous le révéler. Cela remonte aux petits ennuis de PPD dans l’affaire Botton, dont vous avez entendu parler si vous n’étiez pas sur Vénus à ce moment-là.

Acte I : Patrick Poivre est donc inculpé pour avoir reçu de nombreux avantages en nature de la part de Pierre Botton, industriel et beau-père de Michel Noir, maire de Lyon et ancien ministre de Chirac. Entre autres petits cadeaux, jusqu’à 150 000 francs de billets d’avion – près de 23 000 euros, hors inflation.

Acte II : Patrick Le Lay, président de TF1, la chaîne où PPD travaille, et Étienne Mougeotte, vice-président, décident de sanctionner le journaliste corrompu, en le retirant de la présentation du Journal Télévisé, où il trône depuis le 31 août 1987. Il quitte le poste le 10 juillet 2008. Durant plus de vingt-et-un ans, il a donc fait l’opinion des Français assez tartes pour l’écouter en buvant ses paroles.

Acte III : Michèle Cotta, directrice de l’information sur TF1, est chargée de lui annoncer qu’il est viré. Difficile en effet aux deux patrons d’affronter directement Poivre, qui est un ami de Martin Bouygues, propriétaire de la chaîne...

Acte IV : ... et, en effet, Bouygues interdit de toucher à un cheveu de Poivre.

Acte V : Michèle Cotta est virée de TF1. Avec tout de même cinq millions de francs (plus de 750 000 euros) en guise d’indemnité.

On devrait en faire une comédie musicale, c’est trop beau.

Publié dans Mœurs

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :