Banc d’essai : Allemagne contre France

Publié le par Yves-André Samère

Il est assez curieux que plus un État est fauché, plus il jette l’argent par les fenêtres. Ne cherchons pas loin, la France et l’Allemagne permettent la comparaison. Mais d’abord, rappelons qu’il y a une décennie, l’Allemagne était quasiment dans la dèche. Elle en est largement sortie, alors que nos géniaux chefs d’État, de Chirac à Hollande, nous ont tous, à la fois engloutis dans le ridicule et enfoncés dans la décadence économique.

Justement, comparons les plus hauts placés de nos gouvernants actuels, et leur manière de se comporter – mais je prévois d’autres comparaisons. Nous avons, en France, un président, un Premier ministre, vingt-cinq ministres et trente-six secrétaires d’État, tous aidés par des armées de conseillers qui bafouent la règlementation fixant leur nombre (565 sous Ayrault, sans compter les « personnels de support », sic, c’est-à-dire les secrétaires, chauffeurs, assistants, huissiers, domestiques, cuisiniers, etc.), pour un coût dépassant, dit-on, 25 millions d’euros par an). En Allemagne, la chancelière Merkel se contente de huit ministres et n’a AUCUN secrétaire d’État. Sachant qu’un ministre français coûte dix-sept millions par an et un ministre allemand, trois millions, calculez la différence.

Sur le plan personnel, le Premier ministre français occupe à l’Hôtel Matignon un appartement de 310 mètres carrés ; en Allemagne, Angela Merkel, le soir, rentre chez elle, dans son appartement dont elle paye le loyer, le chauffage, l’eau et l’électricité, et ce n’est pas elle qui prendrait un avion privé pour aller voir un match de football dans une capitale étrangère. Ses ministres sont logés à la même enseigne, bien entendu. Mais les nôtres sont trop précieux et trop efficaces pour tomber si bas. Et souvenez-vous du téléfilm danois Borgen...

Voyons le personnel : à l’Élysée travaillent 906 personnes ; à Berlin, 300 environ. À l’Élysée, on compte 121 véhicules ; à Berlin, 37. Notre président et ses ministres se déplacent en avion(s) : un Airbus A330-200, deux Falcon-7X, deux Falcon-900, deux Falcon-50 et trois hélicoptères Super-Puma ; et rappelez-vous combien Mitterrand aimait l’hélicoptère, au point de l’emprunter pour... aller déjeuner à l’autre bout du pays ; et Giscard, l’avion, pour aller chasser le gros gibier en Afrique. En Allemagne, tous les dirigeants prennent le train, et des lignes aériennes régulières en cas d’urgence.

À Paris, Hollande, bien qu’il ait diminué son salaire (augmenté largement par Sarkozy), se verse à lui-même 21 026 euros par mois, nets d’impôts. Madame Merkel ne touche que 15 830 euros, sur lesquels elle est imposée.

Quelle bande de minables, ces Allemands ! Ils ignorent tout de cette grandeur qui nous vaut l’admiration du monde entier.

Publié dans Politique, Paris

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :