Demain, la fin

Publié le par Yves-André Samère

En Occident, on se trompe lourdement, parce que nous considérons les djihadistes comme de simples terroristes, ou comme des fous : en réalité, ils se voient comme des combattants, partisans de leur Dieu et des valeurs qu’ils croient voir dans des livres considérés comme sacrés – alors que ces écrits sont truffés d’aberrations, mais les chrétiens ne voient pas plus clair.

Ce point de vue ne les rend pas respectables, car ce sont bel et bien des fanatiques assassins, mais, au fond, ils appliquent seulement lesdites aberrations écrites, que NOUS avons cessé de prendre au sérieux (qui, chez les chrétiens ou les juifs modernes, pense encore qu’on doit punir les enfants pour les fautes de leurs parents, ou maudire la descendance des fautifs jusqu’à la septième génération ? Or ces inepties sont bel et bien présentes dans la Bible, par exemple), tandis qu’eux pensent que Dieu existe réellement et que sa simple parole est la loi qui doit dominer absolument tout. Or, il n’y a pas si longtemps, Hitler, Mussolini, Staline, Lénine, Castro, Guevara, Enver Hoxha (en Albanie), Mao, Pétain, Tito, Franco, Salazar, Hirohito, Khomeiny, Kim Il-sung, Pinochet, Pol Pot, Sékou Touré, un peu De Gaulle (cela dure encore), et aujourd’hui Poutine et le pape (!), avaient quasiment le même statut divin, y compris chez de grands intellectuels comme Sartre.

Il ne faut donc pas s’étonner que même des esprits supérieurs – diplômés, brillants techniciens de l’informatique, médecins, ingénieurs – s’engagent dans cette armée diabolique, au nom des convictions qu’ils ont, quand nous n’en avons plus aucune. Naguère, j’avais écrit, au sujet des types qui avaient lancé leurs avions sur les tours du World Trade Center à New York, que c’étaient tout sauf des lâches ; parce qu’enfin, quand on a fait le sacrifice de sa vie... Je le redirais pour les kamikazes d’aujourd’hui, qui se font sauter pour tuer des ennemis de leur cause. Pensez-y un instant : vous songeriez, vous, à mourir pour un motif pareil ? Il faut avoir une foi, pour décider de mourir à coup sûr.

Alors, ils me font rigoler, tous ces savants commentateurs qui nous expliquent à longueur de journée que nous avons affaire à des illuminés, des égarés, des fous dangereux, ou que c’est le chômage et la crainte du lendemain qui les poussent. Rien de tout cela, et la chose crève les yeux. Si nous n’avons plus d’idéal, nous perdrons, c’est certain. Ce n’est plus qu’une question de temps, et la chose risque d’arriver bien avant le réchauffement climatique dont nous nous préoccupons tant.

Publié dans Politique

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

jrouj 26/10/2015 17:17

des illuminés peu éclairés !!

Yves-André Samère 26/10/2015 17:26

Peut-être croient-ils que Dieu fait partie des Illuminati...