Intenable suspense en Côte d’Ivoire

Publié le par Yves-André Samère

Aujourd’hui, les Ivoiriens votent pour élire leur président, qui doit succéder à celui déjà en place. Or il n’y a qu’un seul candidat, et c’est précisément le président sortant, Alassane Dramane Ouattara, dit ADO par ses initiales, ce qui en anglais signifie troubles ou difficultés (« Much ado about nothing », aurait commenté Shakespeare, et on ne saurait mieux définir la Côte d’Ivoire). Les autres candidats se sont retirés, on ne sait pourquoi, mais vous pouvez essayer de deviner.

Ouattara avait connu quelques bisbilles avec son prédécesseur, Laurent Gbagbo, détenu à présent aux Pays-Bas, où il doit passer devant la Cour Internationale de La Haye pour quelques broutilles dont il s’est rendu coupable avec sa femme, entre autres, des assassinats. Nos chers socialistes, qui ont beaucoup soutenu Gbagbo, y compris financièrement, sont aujourd’hui dans leurs petits souliers et n’osent plus beaucoup donner dans le système de la Françafrique, dont je vous parlerai un autre jour si Dieu me prête vie. Ouattara, qui a eu un poste très en vue au FMI, est richissime, surtout depuis son mariage à Paris, à la mairie du seizième arrondissement, avec une Française dont « Le Canard enchaîné » de cette semaine a tricoté un éloge assez particulier, car cette dame s’est enrichie en gérant les affaires du prédécesseur et premier président du pays, Félix Houphouët-Boigny, qui, comme dit « Le Canard », confondait volontiers les finances du pays avec sa cassette personnelle, et dans un seul sens. Je vous raconterai aussi la plus belle création d’Houphouët, la Caisse de Compensation, vous verrez, c’est bluffant.

J’ai un ami en Côte d’Ivoire, il est instituteur dans une petite ville du nord, et il est président d’un des bureaux de vote dans un village voisin. Les résultats devraient être publiés en fin de journée, mais cet ami m’a écrit hier qu’ils « sont déjà connus », ce qui est le propre des élections en Afrique. Vous ne voudriez tout de même pas qu’on oblige les électeurs à patienter jusqu’au dépouillement des bulletins !

Publié dans Actualité

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

J
Et les électeurs y voient rien ? ( j'ai honte !!)
Répondre
Y
On aime trop les éléphants, en Afrique. Alors, défense d’y voir (je suis encore plus honteux).