Journalistes sur les barricades

Publié le par Yves-André Samère

C’est toujours agréable que d’entendre un journaliste français se laisser mener en bateau par un politicien qui s’arrange pour ne pas répondre aux questions. De cette profession, les médias, on sent que tous les membres seraient prêts à mourir sur les barricades, s’il le fallait.

Ce matin, l’invité de Patrick Cohen sur France Inter était Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste et ancien militant d’extrême gauche – mais vous savez ce que c’est... Or, au cours de l’émission alimentée par des appels téléphoniques, un auditeur mal élevé remet sur le tapis ce crime affreux des syndicalistes ayant privé de sa chemise un cadre d’Air France, scandale sans précédent comme les radios-télés nous en ont convaincus la semaine dernière, en ne nous épargnant aucun détail sanglant. Et ce malotru (je parle de l’auditeur, là) a le culot de s’étonner du fait que jamais n’ont été poursuivis et encore moins condamnés les agriculteurs qui, quelques années plus tôt, saccageaient les préfectures, les perceptions et les routes, pour des motifs voisins, et que les médias n’ont jamais insisté sur ce détail. Pourquoi cette différence de traitement, de la part desdits médias... et de la Justice ?

Réponse de Cambadélis : « Toute violence est condamnable ». Quatre petits mots qui mettent les deux parties dans le même sac, avec la Justice et les organes d’information, et ne répondent en rien à la question.

Réaction de Cohen à cette non-réponse : aucune réaction. Nous sommes bien informés.

(Au fait, cela n’a rien à voir avec ce qui précède, mais Cambadélis fait nos délices, et lorsqu’il dit que le rôle du premier secrétaire de son parti est de veiller à ce que ses militants « cohabitent ensemble », on le félicite de prendre garde à ce qu’ils ne cohabitent pas séparément)

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

T
Après cet André de Bretagne lundi, on a eu aujourd'hui jeudi 15 la même question par Jean-Marc, du sud de la France, ainsi que des remarques sur les "réseaux sociaux", probablement motivées notamment par le type de réactions journalistiques que vous indiquiez dans votre billet.

Christiane Taubira a répondu aujourd'hui qu'elle avait demandé de prendre des mesures concernant les manifestations d'agriculteurs, par une circulaire qui demandait une meilleure identification.
Répondre
Y
Je n’ai pas entendu le débat de ce matin, car j’étais sorti plus tôt que d’habitude. Mais il est inévitable que les gens se posent ces questions, dont l’importance est évidente mais que les médias négligent. Quant à la réponse de madame Taubira, si elle a « demandé de prendre des mesures concernant les manifestations d'agriculteurs », il faut croire que personne ne lui a obéi ! Indice que nous avons un gouvernement qui sait faire preuve d’autorité...