Partir, on ne pas venir ?

Publié le par Yves-André Samère

Le numéro de « Valeurs actuelles » paru ce matin proclame en couverture que « Taubira doit partir ». Mal élevés, va ! On dit « MADAME Taubira doit partir », quand on est galant.

Cela dit, j’aurais plutôt titré « Madame Taubira n’aurait jamais dû venir ». Au gouvernement, bien entendu. Jamais je ne me lasserai de répéter que c’est à elle et à Chevènement que nous devons d’avoir dû subir, depuis treize ans, des dirigeants catastrophiques. Si ces deux médiocres ambitieux avaient mis dans leur poche leur lubie de se présenter à l’élection présidentielle, les suffrages de gauche qui leur sont échus seraient allés au seul candidat, de gauche encore une fois, capable de battre Chirac, c’est-à-dire Lionel Jospin. Honnête, rigoureux, peu attiré par la com’, Jospin nous aurait épargné Chirac II, Sarkozy et Hollande. Mais Le Pen lui est passé devant, avec les merveilleuses conséquences que nous voyons aujourd’hui.

Publié dans Politique, Histoire

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :