Rétablissez le pilori !

Publié le par Yves-André Samère

Quel dommage que le pilori ait disparu ! À ma connaissance, à Paris, il a existé très précisément près de la Pointe Saint-Eustache, ainsi appelée parce que les rues Montorgueil et Montmartre s’y rencontrent en formant un angle aigu, à un jet d’hostie de l’église Saint-Eustache. Il semble avoir été installé en 1318, ou peu s’en faut, et il a subsisté durant cinq siècles et demi. D’après des gravures anciennes, c’était une tour hexagonale, dont le premier étage, surmonté d’un toit pointu, était ouvert sur toutes ses faces. Au rez-de-chaussée, une statue de Marie, mère présumée de Jésus, était logée dans une niche munie de deux volets, qu’on ouvrait lors des expositions ou des exécutions des condamnés.

Celui-ci était donc exposé à l’étage, allongé sur une roue en fer, horizontale et percée de trous laissant passer sa tête et ses mains. Il ne restait exposé que deux heures, avec des périodes de repos, et, à chaque demi-heure, le bourreau faisait tourner ce carcan pour que le public puisse bien voir. On y conduisait les femmes adultères, nues et à califourchon sur un âne, mais aussi les commerçants qui, par exemple, avaient falsifié leur beurre, et, dans ce cas précis, on les coiffait de la motte délictueuse, jusqu’à ce qu’elle ait entièrement fondu ! Le public avait le droit de bombarder le délinquant avec des épluchures et des détritus, mais pas avec des pierres...

Les criminels, eux, y étaient exécutés par un bourreau vêtu d’une blouse rouge et jaune, et il avait le droit de faire, chaque matin avec une longue cuillère, un prélèvement sur certaines marchandises vendues aux Halles, qui se trouvaient à cet endroit.

En 1515, année facile à se rappeler, un bourreau dut se reprendre à plusieurs fois pour décapiter un condamné. La foule, qui ne devait pas apprécier le travail mal fait, se déchaîna contre lui, commença par l’enfermer dans la tour, puis mit le feu à l’édifice, et le bourreau fut brûlé vif. On savait s’amuser, en ce temps-là.

Hélas, les Parisiens ont perdu, avec la disparition du pilori, une distraction saine et de bon goût. Dommage, j’y aurais bien vu Vincent Bolloré ou Emmanuel Macron comme invités.

Publié dans Histoire, Paris

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

J
j’y aurais bien vu Vincent Bolloré ou Emmanuel Macron servant d'ânes pour conduire les femmes adultères ...
Répondre
Y
Moi aussi. Mais une femme adultère est un peu plus futée. Elle aurait su s’échapper en chemin.