Adèle sans vie

Publié le par Yves-André Samère

Il y a tout de même de bonnes nouvelles. Aujourd’hui, on annonce que La vie d’Adèle, le film de Kechiche, le pire des réalisateurs français, vient de lui valoir cet effet boomerang qui m’est si cher, car il revient parfois – pas assez souvent – dans la figure des incapables et des imposteurs. Or Kechiche, cumulard, est les deux à la fois.

Pourquoi incapable ? Parce qu’il ne sait pas filmer, encore moins monter les séquences qu’il a tournées. C’est simple, il garde tout ! C’est la négation du cinéma.

Pourquoi imposteur ? Parce que ses films, de plus en plus longs, de plus en plus mauvais, ont abouti, avant son petit dernier (enfin, « petit »... il dure trois heures !), à un navet bien-pensant qui a connu un formidable bide, Vénus noire, sorti il y a cinq ans, qui s’étalait sur deux heures et quarante-quatre minutes, et n’a rassemblé qu’un peu plus de deux cent mille spectateurs, alors qu’Intouchables a connu près de vingt millions de spectateurs, La famille Bélier, autant, et Bienvenue chez les Chtis, vingt millions et demi. Cent fois plus.

La vie d’Adèle, ridiculement, avait décroché la Palme d’Or au Festival de Cannes il y a deux ans et demi, l’année où Spielberg présidait le jury, ce qui était incompréhensible, car Tonton Steven est très porté sur la famille (mais le bruit a couru qu’il était contre), or ce film relevait du porno soft – très porno et pas beaucoup soft : Kechiche avait fait fabriquer, pour ses deux actrices, des... vulves en plastique ! Le film avait obtenu son visa de sortie avec seulement une interdiction aux moins de douze ans, mais ce visa vient d’être annulé par la justice, sur plainte de Promouvoir, une association catholique, qui avait déjà réussi à faire annuler le visa de Saw 3D... cinq ans après sa sortie. Ils ne sont pas rapides, les catholiques. Raison invoquée : des « scènes de sexe réalistes [...] de nature à heurter la sensibilité du jeune public ». Et le film Love, de Gaspar Noé, d’abord interdit aux moins de seize ans, a été totalement interdit aux mineurs ; ce qui ne l’empêche pas d’être toujours à l’affiche, au Brady (une séance par jour sur six jours de cette semaine) et à l’Entrepôt (une séance, demain seulement). « Adèle, ta maman t’appelle », comme chantait Bourvil.

Reste au ministère de la Culture à reconsidérer sa classification, et il a deux mois pour cette tâche herculéenne. Pauvre Fleur Pellerin, les tuiles ne cessent de lui tomber sur la tête. Elle doit envier Fabius et Ségolène Royal. Voire Hollande, totalement frappé de mutisme depuis les élections de dimanche...

Quant aux commentaires dont Le masque et la plume ne va pas se priver, car tous ses critiques (sauf Neuhoff) étaient enthousiastes, je les entends d’avance.

Publié dans Actualité, Justice

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 11/12/2015 08:01

Quand j'ai entendu cette histoire, j'ai pensé que vous n'en seriez pas mécontent.

Yves-André Samère 11/12/2015 08:24

Normal, je déteste Kechiche et ses films.