Agitateur culturel

Publié le par Yves-André Samère

Entendez-vous d’ici sauter tous ces bouchons de champagne ? Non, ce n’est pas la commémoration d’une quelconque naissance divine, qui d’ailleurs n’a jamais eu lieu – en tout cas, pas en cette saison ni l’année qu’on croit. Les bouchons, en réalité, sautent chez Amazon, qui fête sa victoire : un concurrent de moins !

En effet, ayant fait un petit tour à la FNAC-Forum et plus précisément au rayon vidéo que j’honore souvent de ma visite, j’ai constaté la totale disparition des DVD et Bluray qui motivaient ma curiosité. Ben oui, en ce moment et pour je ne sais combien de temps encore, l’ex-agitateur culturel (sic) a étendu son rayon d’électro-ménager, et, à la place des films, vend des aspirateurs, des ventilateurs et des machines à café. C’est très judicieux, en cette saison où les amateurs achètent des tas de DVD pour en faire cadeau. Il faut dire que, depuis des mois, ce magasin vendait aussi des jouets, au niveau -3, dans un vaste rayon finement baptisé « FNAC-Kids » (re-sic). Je sens venir le jour où les acheteurs viendront en foule à la FNAC pour y acheter leurs sex-toys.

Je suppose que Denis Olivennes, le patron, a tout bazardé afin de couvrir les frais de la gigantesque amende que va devoir payer sa femme, l’ex-mannequin Inès de la Fressange, laquelle a commis deux indélicatesses de taille : d’abord, dans sa propriété du Midi, elle avait fait construire un bâtiment sans le moindre permis, et avait justifié cette infraction en prétendant que c’était un modeste « local de piscine » – vous savez, le genre d’endroit où vous rangez les maillots de bain, les bouées, les chaises longues et les produits d’entretien. Pas de veine, la nouvelle construction, un tout petit peu plus vaste que la Galerie des Glaces, est sise à une distance assez respectable du bassin pour que ce prétexte à la noix n’ait pas convaincu les inspecteurs. En outre, elle logeait sa régisseuse dans un mobile-home sordide, sans eau et sans chauffage, dont « Le Canard » a publié la photo, et cette vue vous serrerait le cœur si vous étiez aussi sensible que votre (très humble) serviteur. La régisseuse a porté plainte et a gagné.

Vous ne pensez pas, comme moi, que certaines têtes feraient très bien, mises au bout d’une pique ? (L’expression est de Montherlant, alors je peux y aller)

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Jacques Nabet 07/02/2016 15:51

S’il y a champagne, attention aux conciliabules !

Yves-André Samère 07/02/2016 18:40

Communiqué à Ruquier, il a besoin d’inspiration pour sa prochaine pièce.

cacciarella 30/12/2015 12:06

" un tout petit peu plus vaste que la Galerie des Glaces, " Je reconnais là le style de quelquin qui nous est cher; jadore !

Yves-André Samère 30/12/2015 12:31

Oui, j’ai lu TOUT San-Antonio. Il remplace très bien la Bible.

Damien 29/12/2015 14:03

Désolé de jouer les troubles fêtes, mais Denis Olivennes n'est plus patron de la FNAC depuis qu'il est passé directeur de Lagardère Active, qui inclus la direction d'Europe 1.
C'est Alexandre Bompard, ex directeur d'Europe 1, qui est patron de la FNAC maintenant.
Mais bon, la polémique sur le couple Oliviennes/Fressange n'en est pas moins savoureuse :)

Yves-André Samère 29/12/2015 15:10

Merci, je vais vite mettre à jour mon agenda. Tu as remarqué comme les patrons changent sans arrêt de boîte ? À mon avis, c’est parce qu’ils ne sont pas assez payés, là où ils sont. Les pauvres ! Du coup, ils jouent aux quatre coins. Ou aux chaises musicales, si on préfère.

DOMINIQUE 29/12/2015 11:28

Connu un armateur grec, dont j'étais la secrétaire particulière quand il séjournait à Paris, respectueux, ponctuel, discret. Très riche, bien sûr, mais sans ostentation.
Là, ce dont on parle, ce sont des gens qui veulent avoir l'air mais qui n'ont pas l'air du tout.

Yves-André Samère 29/12/2015 12:05

Surtout quand on a été mannequin vedette.

DOMINIQUE 29/12/2015 07:49

Et elle lui faisait payer un loyer de 350 euros par mois. Mais vous ne vous rendez pas compte, les charges sociales de ce boulet de femme à tout faire (ménage, courses, gardiennage, chauffeur) lui coûtaient à peu près le prix d'une paire de Louboutins.
Cela me fait penser à ces femmes très élégantes avec vêtements de couturiers... qui ne changent de culotte que deux fois par mois.

Yves-André Samère 29/12/2015 08:31

Les riches sont les mêmes partout : imbuvables.