Des valeurs moins actuelles

Publié le par Yves-André Samère

Franchement, un grand bravo à l’hebdomadaire (de droite, très à droite) « Valeurs actuelles », qui, comme son nom l’indique, défend les valeurs de la France.

Or, en couverture du numéro de cette semaine, on peut lire ce titre en lettres énormes : « Vive nos traditions ».

Il faut donc en conclure que la grammaire n’est plus une valeur. Ou qu’elle est moins actuelle. Et qu’il est devenu tout à fait licite de cesser d’accorder un verbe comme vivre avec un sujet comme traditions – au pluriel.

Vous voyez bien, bande de malveillants, que la droite est moins arcboutée sur ses valeurs qu’on le prétend ! Comme Alain Rey, elle estime sans doute que la langue doit évoluer, ainsi qu’il le radote sans cesse.

Publié dans Langue française

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

jrouj 19/12/2015 15:22

Discutable ... vive peut dans cette configuration être considéré comme un adverbe ...
par contre que vivent nos traditions .

Yves-André Samère 19/12/2015 16:01

Je sais, mais je trouve que c’est plutôt laxiste. Une sorte de concession, comme on en fait au profit des fautes très répandues, parce qu’on renonce à un combat contre les moulins à vent. Et c’est ainsi que 99 % de la population française, par exemple, croit que « glauque » signifie « louche » ou « malsain », alors que c’est simplement une nuance de la couleur verte.