Irascible poussah

Publié le par Yves-André Samère

On savait que Mohammed VI, roi du Maroc, était un type infréquentable. Flemmard, il ne réunit quasiment jamais le conseil des ministres, et délègue la plupart de ses pouvoir politiques à ses anciens copains de classe. Accapareur, il fait main basse sur tout ce qui est rentable dans le pays et ne cesse d’augmenter sa fortune personnelle. Vindicatif, il a interdit de séjour au Maroc, pour ses idées politiques et son franc-parler, son propre cousin, Moulay Hicham, surnommé « le Prince rouge », et a fait écrire un livre pour saper sa réputation. Et véritable plouc (au contraire de son défunt père Hassan II), il insulte ses collaborateurs, les frappe et leur crache dessus. Il nous manquait d’avoir un indice de sa vanité. Cet indice, on l’a eu avant-hier.

Hollande, avant-hier donc, devait recevoir les chefs d’États et de gouvernement qu’il a invités au Bourget pour cette conférence de douze jours sur le climat, la COP 21. Or ils étaient si nombreux que le seul échange de saluts et de poignées de mains a duré trois heures ! Hollande, qui avait commencé le rite, s’est fait remplacer au bout d’un moment par Fabius, ministre des Affaires étrangères et qui préside la fiesta. Puis Fabius s’est fait remplacer par Valls, et enfin par Harlem Désir et une obscure secrétaire d’État au Développement et à la Francophonie, Annick Girardin, qui ont notamment reçu Poutine – lequel ne s’est pas cru offensé d’avoir été accueilli par de simples sous-fifres. Mais pas Mohammed VI !

Lorsque la voiture de la Majesté marocaine est arrivée sur le parking, ce poussah, constatant que le président de la République n’était pas là pour lui, a refusé de descendre de son véhicule, et il a exigé que François Hollande, occupé ailleurs, revienne spécialement pour le saluer. Pas chien, le pauvre Hollande a mis les pouces et a cédé, revenant pour donner au grand roi les salamalecs qu’il estimait lui être dus.

Ouf, nous sommes sauvés. On a failli avoir une guerre de plus.

Publié dans Mœurs, Absurdités

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :