Le retour des Guignols

Publié le par Yves-André Samère

Bien que n’étant pas abonné à Canal Plus, j’ai pu, hier soir, regarder le début de la première émission, mais la diffusion a été coupée au bout d’une ou deux minutes pour me rappeler que je n’avais pas le droit de la regarder.

Malgré cela, vous pourrez retrouver vos chères marionnettes, soit avec Captvty qui permet de télécharger a posteriori les émissions (durant un temps variable selon les chaînes), soit sur le site que je viens de créer, auquel vous accéderez en cliquant sur le lien Les Guignols en clair, en bas et à droite de la présente page, dans la rubrique À voir également. Les émissions seront simplement désignées par leur date, et seront sans commentaire ni présentation de ma part.

Un détail m’a intrigué : bien que les Guignols n’apparaissent plus sur le plateau du Grand Journal et que l’émission, désormais enregistrée, ne relève plus du direct, on entend des applaudissements venant de je ne sais quel public. Si quelqu’un possède la clé de ce (petit) mystère, je suis preneur.

Enfin, si vous ne le saviez pas, vous pouvez toujours regarder le spectacle sur grand écran et en haute définition, en cliquant sur la petite icône en bas et à droite.

Amusez-vous, car la qualité du texte, selon moi et pour le moment, est bonne. Les quatre anciens auteurs, Lionel Dutemple, Julien Hervé (seize ans chez Les Guignols ), Philippe Mechelen (sept ans) et Benjamin Morgaine (trois ans) ont été virés, et on a conservé pour le moment les trois auteurs des sketches enregistrés et diffusés en différé, Yvan Longuet, Ludovic Bruneau et Patrick Lhonoré, dont les noms n’étaient jamais affichés ! Les quatre nouveaux, moins bien payés que leurs prédécesseurs, s’appellent Matthieu Burnel, Cédric Clémenceau, Nans Delgado et Frédéric Hazan, et ont déjà subi la critique du monde.fr, qui estime leur humour « rase-mottes » (ce critique n’avait pas dû voir les lamentables séquences chantées, interminables et aux textes stupides, qu’on nous infligeait précédemment).

Mais attendons, Roma non fu fatta in un giorno.

Ah oui, j’oubliais : pour le bandeau qui surmonte la page, j’ai choisi un hommage au véritable créateur des Guignols, Alain De Greef, récemment passé dans l’autre monde. Il était directeur des programmes de Canal Plus, et sans lui, la chaîne ne serait jamais devenue ce qu’elle fut si longtemps, et... n’est plus !

Publié dans Télévision

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

kotec 15/12/2015 12:41

Que dire d'autre que merci.
j'espère que les baveux de C+ ne vont pas vous interdire de faire cette mise à disposition.

Yves-André Samère 15/12/2015 13:11

Ils ne pourront rien m’interdire. D’abord, parce qu’ils ignorent mon existence (l’avantage de rester strictement anonyme). Ensuite, parce que cette émission sera de toute façon rediffusée en clair le dimanche, sous forme de récapitulation, comme cela se faisait auparavant. J’ai simplement voulu faire gagner du temps à mes lecteurs, puisqu’ils la verront après seulement quelques heures, dès le lendemain matin. Et en groupant tous les épisodes au même endroit, ce sera plus pratique. Cette conversion des Guignols vers la version cryptée n’a eu qu’un seul but : inciter les gens à s’abonner. Ce que je ne ferai jamais.