« My fair Lady » à la télévision

Publié le par Yves-André Samère

La semaine prochaine, dans la nuit du 24 au 25, France 3 retransmettra – très tard – My fair lady. Pas le film de George Cukor avec Rex Harrisson et Audrey Hepburn (doublée pour le chant par Marni Nixon, car elle ne chantait pas), mais une comédie musicale jouée à l’opéra d’Avignon. Or le film est adapté d’une pièce de George Bernard Shaw, Pygmalion, que j’ai lue, et vue en 2006 au Théâtre Comédia, avec deux excellents interprètes, Barbara Shultz et Nicolas Vaude, un artiste de premier plan mais peu connu, car il ne fait pas beaucoup de films. Quoique trop jeune pour le rôle, il tenait celui du professeur Higgins, et s’en tirait parfaitement.

La pièce est très difficile à transposer en français, car presque tout repose sur les accents (Ah ! The rain in Spain stays mainly in the plain...), Eliza étant une petite fleuriste du marché de Covent Garden, pas du tout dégrossie, qu’Higgins a parié de transformer en Lady – d’où le titre –, et de la présenter ensuite à Buckingham Palace. On est sceptique, mais il y réussit.

J’aime beaucoup My fair lady, car le premier rôle masculin est celui d’un parfait misogyne, et si j’étais acteur, c’est cela que j’aimerais jouer ! Je suis si féministe, au fond...

Publié dans Cinéma, Télévision

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 20/12/2015 07:56

Certains acteurs ne sont jamais aussi bons qu'en jouant des personnages à l'opposé de leur personnalité.

Yves-André Samère 20/12/2015 08:28

Pierre Arditi devrait jouer quelqu’un qui n’a pas de tics. Comme de mimer l’agacement en se claquant la cuisse une fois par minute.