Orelsan dans ses œuvres

Publié le par Yves-André Samère

J’ai croisé Orelsan aujourd’hui. Aurélien Cotentin – c’est son vrai nom – venait présenter au cinéma UGC le film qu’il a réalisé, Comment c’est loin (avec Christophe Offenstein, néanmoins, mais on ne l’a pas crié sur les toits), dont le titre prévu à l’origine était Orel et Gringe. Je n’ai pas assisté à la séance, pas plus que je ne suis allé voir ce film il y a plusieurs semaines, quand j’étais invité, car c’est l’histoire de deux bras cassés, amateurs de rap, qui ont vingt-quatre heures pour écrire un rap commercialisable. Or je m’intéresse au rap à peu près autant qu’à l’opinion de Fleur Pellerin sur Patrick Modiano.

Soyons clair : je méprise le rap, qui n’a rien à voir avec la chanson, mais j’aime bien Orelsan, car il est intelligent et drôle. Le jour où il produira de bonnes chansons, je ne demande pas mieux que d’aller l’entendre. Même au Bataclan.

Publié dans Actualité, Paris

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :