« Star wars » ? Je m’en fous !

Publié le par Yves-André Samère

Alors comme ça, si on ne s’intéresse pas à la sortie du dernier opus de Star wars, c’est qu’on serait snob ? Très bien, je suis snob, puisque Star wars, je m’en fous ! Et ça ne date pas d’aujourd’hui, puisque, dès le début, j’ai trouvé cette série complètement ridicule. Ah, ces sabres lasers dont la lumière s’arrête à un mètre de la source ! Ah, ce vacarme des combats dans l’espace, où l’absence d’air rend tout bruit impossible ! Et ces péripéties qui pourraient à peine retenir l’attention d’un enfant de huit ans pas trop retardé...

Je trouve extrêmement bizarre qu’un homme comme George Lucas, qui, après onze courts-métrages et documentaires, a réalisé en 1971 et 1973 deux films d’assez bonne qualité, THX 1138 et American graffiti, consacre ensuite la plus grande partie de sa vie à cette saga de fausse anticipation qui ne fait rien d’autre que draguer les couches les plus intellectuellement sous-développées de la population mondiale, avec un scénario de bande dessinée à bon marché. Hier, on a montré au Petit Journal un crétin qui, à Los Angeles, et pour ne pas arriver en retard, dormait sur le trottoir du cinéma depuis... dix jours !

Ne disons rien des méthodes de Disney, firme à laquelle George Lucas a vendu ses studios et ses droits sur Star wars. Ces gens ont l’obsession de la com’ et des méthodes policières. Vous avez entendu les précautions inouïes qu’ils ont prises, hier à Paris, pour éviter les fuites d’informations ? Non seulement les critiques et blogueurs invités à la présentation ont dû se délester de tout appareil électronique avant d’être admis au cinéma Pathé d’Ivry, seule salle Imax de la région parisienne, mais on leur a interdit d’en dire un mot avant ce matin à... 9 heures et UNE minute. Ce détail est d’autant plus ridicule qu’aujourd’hui, le film ne sort nulle part à cette heure, la toute première sortie à Paris ayant lieu à 9 heures et demie à l’UGC des Halles. Et hier matin, au Pathé, des inspecteurs étaient disséminés dans la salle, munis de lunettes à infra-rouge, pour repérer les spectateurs qui auraient passé l’obstacle avec sur eux une caméra miniature.

Paranoïa généralisée...

(Comme je suis d’un naturel aimable, je ne dis rien du cinéma Pathé d’Ivry, à des kilomètres de tout moyen de transport, et dont je garde un très mauvais souvenir pour avoir été invité à la présentation d’Inception à la presse, en juillet 2010)

 

PS (ce que je ne fais jamais) : l’article que vous venez de lire – j’espère –, que j’aurais pu écrire et publier hier soir plutôt que d’attendre ce matin à 8 heures et demie, a été conçu avant de lire celui paru ce matin dans « Le Canard enchaîné », sous la plume de David Fontaine, qui dit en gros la même chose que moi. Seule différence, il ne cite pas le nom de la salle où la présentation du film a eu lieu, alors que je l’ai fait. Je crois comprendre en outre qu’il ne s’est pas rendu à l’invitation et qu’il a dédaigné de voir le film, tout comme moi aujourd’hui. Mais de ce dédain, vous vous seriez douté !

Publié dans Actualité, Absurdités, Cinéma

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

kotec 18/12/2015 14:58

M. Odieux Connard en a fait un résumé savoureux sur son blog . Je vous laisse chercher ....

Yves-André Samère 18/12/2015 15:12

Mon Dieu, j’ai un pseudo que j’ignorais ?!

DOMINIQUE 16/12/2015 19:31

Il me semble que j'ai vu un ou deux films de la guerre des étoiles, les deux premiers sans doute ? Je n'aime pas du tout la fausse science fiction, c'est-à-dire un scénario qui pourrait aussi bien être un western qu'un film de guerre. Plâtrage de vaisseaux spatiaux, de costumes étranges, d'armes inconnues, rien de bien concluant.
Consternant.

Yves-André Samère 16/12/2015 19:56

Je les ai tous vus, et n’en ai gardé aucun souvenir. C’est un mythe, comme il en existe tant. Je verrai ce film le dernier jour, au Max-Linder, seul cinéma où le son est bon. C’est ce que je fais avec tous les « blockbusters ».