Un courrier du Collège de France

Publié le par Yves-André Samère

J’ai reçu hier une lettre du Collège de France. Non, ce n’est pas une proposition pour un poste de professeur, c’est prématuré. En fait, sous la forme d’une carte pliante très belle, représentant la façade de cette prestigieuse école Place Marcelin-Berthelot, il s’agit d’une réponse que me fait Thomas Römer, spécialiste des études bibliques, à la lettre que je lui avais envoyée en octobre, en réaction à son récent livre sur Moïse.

Cet ouvrage très savant et qui ne s’adresse pas aux rappeurs et aux fans de Nabilla s’intitule Moïse en version originale (et sous-titré Enquête sur le récit de la sortie d’Égypte). Il est bourré de références au texte original de la Torah, donc en hébreu, et met les choses au point sur bien des aspects des cinq premiers livres de la Bible. Néanmoins, un passage m’avait fait tiquer, à la page 12 : « Un tout autre Moïse apparaît dans Les dix commandements, de Cecil B. DeMille (1959), reflétant, dans un contexte de guerre froide, l’idéal américain ». J’avais donc écrit à son auteur que je ne discuterais pas cette histoire de guerre froide et d’idéal américain, mais que la date du film était fausse, car il est sorti en 1956, détail facile à vérifier. J’y ajoutais que si, « historiquement, il est assez fantaisiste », en revanche, « DeMille avait du style et un sens de la composition picturale, devenus rarissimes aujourd’hui », et ce ne sont pas les admirateurs de Tarantino qui me contrediront.

En me remerciant pour cette rectification, Monsieur Römer me fait le plaisir de répondre qu’il partage mon avis sur le talent de DeMille, opinion rarissime, surtout chez les critiques de cinéma, qui, tous, détestent cet immense réalisateur, dont je ne me lasse pas de répéter que c’est le fondateur d’Hollywood. Rappelons que le film passe plusieurs fois par an à la télévision, aussi souvent que Psychose ou Le guépard, et qu’il est impossible, voire impardonnable, de le rater.

Publié dans Livres, Cinéma, Religion, Histoire

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

jrouj 29/12/2015 18:01

Si après le traversée de la Mer Rouge il les avait guidé à l'opposé ils auraient eu le pétrole !!
Quel visionnaire !!!