Une touche d’émotion...

Publié le par Yves-André Samère

Il y a une chose qui m’agace, chez les auteurs de comédies, c’est cette manie qu’ils ont d’insérer dans leurs textes des scènes d’émotion ; tout à fait comme s’ils avaient honte d’avoir tenté de faire rire, et qu’ils essayaient de s’en excuser, avec un zeste de sentimentalité. C’est très sensible chez Chaplin – que je n’aime guère, et qui n’est bon que lorsqu’il est méchant, si j’ose ce paradoxe. Pour moi, le procédé relève du dosage, de la recette de cuisine.

Il me semble que ce travers est assez récent, car je ne le trouve pas chez les grands auteurs classiques : Molière, Beaumarchais, Labiche, Feydeau, etc. Aucun de ceux-là n’a tenté d’émouvoir le spectateur, à quelque moment que ce soit. De même chez Offenbach et ses librettistes.

Publié dans Théâtre, Cinéma, Humour

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

cacciarella 29/01/2016 10:21

Pas trop de larmoyant non plus chez Scola , : Affreux ,sales et méchants !

Yves-André Samère 29/01/2016 15:16

Précisément !