Café... frappé

Publié le par Yves-André Samère

Starbucks, firme originaire d’un pays où l’on n’a jamais su ce qu’était un bon café (là-bas, dans les restaurants, les serveuses vous resservent gratuitement et à volonté !), ne se contente pas de servir dans ses établissements une ignoble lavasse qui n’a du café que la couleur – m’y étant rendu avec un ami, j’ai essayé une fois, pas deux –, a quelques succursales en Arabie Saoudite, ce qui surprend un peu, car les Arabes ne savent pas non plus ce qu’est le vrai café : ils préfèrent le thé.

Or ce pays est un peu particulier : on sait que là-bas, le laxisme envers les femmes dépasse les bornes, au point que celles-ci, profitant de ce que la religion locale leur est favorable, se mettent à plusieurs pour tourmenter un seul et unique mari. Lequel, pourtant, est en général assez généreux pour mettre à leur disposition un chauffeur chargé de les emmener partout où elles veulent aller, sans avoir à se fatiguer pour conduire leur propre voiture, et convenez que nous ne sommes pas aussi larges d’esprit.

Donc, en Arabie Saoudite, il existe des Starbucks, qui observent la loi protégeant la bienséance. Par conséquent, dans cet heureux pays, les hommes ne sont pas admis à déranger les femmes qui désireraient savourer en paix leur café, et des cloisons, construites spécialement à cet effet, délimitent strictement les espaces réservés aux hommes et ceux réservés aux femmes. Avouez que c’est le rêve de tout pays civilisé, où l’on sait ce qu’est la paix des ménages !  À part ce petit détail, l’égalité règne dans ces endroits, et, comme le fait observer la publicité pour Starbucks publiée dans le magazine « Cosmopolitan US », tous leurs magasins, en Arabie, « proposent des commodités égales (service, menu, sièges) pour les hommes, les femmes et les familles ».

Certes, certes, une grincheuse, comme il y en a partout, a lu sur une affiche, collée sur une porte d’entrée, cet aimable mise en garde : « Prière de ne pas entrer si vous êtes une femme. Envoyez votre chauffeur pour commander ». Preuve que, là-bas, toute femme a son chauffeur ! Si seulement, chez nous, les femmes étaient aussi bien traitées...

Publié dans Curiosités, Mœurs

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :