À la poursuite du wifi

Publié le par Yves-André Samère

Dès que j’ai posé mes affaires dans la chambre 119 de l’hôpital Cochin, je me suis enquis de la présence du wifi sur place. Mais, comme je le pressentais, le wifi n’existe pas dans les chambres. Une infirmière m’a conseillé de retourner aux admissions, car il existe à côté un bureau qui s’occupe de la télévision dans les chambres, et aussi, « peut-être » m’a-t-on dit, susceptible de louer des clés USB fournissant le wifi.

Vérification faite, ledit bureau est bien là, il loue bien la télévision aux patients (lorsque je m’y pointe, une cliente mécontente fait une scène aux deux pauvres filles qui y travaillent, braillant qu’elle a payé et n’a pas obtenu de télé dans sa chambre), mais le wifi a été vendu à une société privée, et ce service ne fonctionne plus. La fille du bureau m’oriente vers la cafétéria qui se trouve de l’autre côté de l’allée, et qui est de construction récente.

Je m’y rends, évidemment, et les employés me confirment qu’eux ont bien le wifi gratuit ; il suffira que je demande le mot de passe pour me connecter.

Tout est bien qui finit bien, dans ce cas ? Non, car je comprendrai très vite qu’un malade opéré ne peut pas déambuler, les fesses à l’air, en plein air, dans les allées d’un hôpital, dans le froid, vêtu – si l’on peut dire – du seul pyjama maison, en traînant derrière lui une perche où sont accrochés la perfusion lui fournissant un antidouleur, plus une poche reliée à une sonde urinaire ! La cafétéria, par la force des choses, ne reçoit que les visiteurs des malades...

Pas de wifi !

Publié dans Santé, Curiosités

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :