Bernard Guetta se ridiculise

Publié le par Yves-André Samère

Juste avant Alain Mabanckou, invité à la Matinale de France Inter ce matin, et qui n’a dit que des choses belles et intelligentes, Bernard Guetta a fusillé sa chronique quotidienne, pourtant bien commencée, en la concluant sur une énorme bêtise : que De Gaulle a été par deux fois « évincé par le pays qu’il avait sauvé ». Décortiquons.

Pas plus en 1946 qu’en 1969, De Gaulle n’a été évincé. En 1946, chef du Gouvernement Provisoire, ulcéré de n’avoir pu contraindre les ministres communistes – qu’il avait inclus dans ledit gouvernement – à valider une décision qu’il avait prise (cherchez les détails sur Internet, ça ne manque pas), il est parti de sa propre volonté, sur une bouderie agrémentée d’un coup de bluff : il espérait bien que les Français le supplieraient de rester, mais les Français ne sont pas allés pleurer à Colombey, et De Gaulle, dans son village, en a été réduit à former un parti politique, le RPF, dont les députés avaient mission de faire tomber les uns après les autres les gouvernements de la Quatrième République, afin de lui donner une occasion de revenir au pouvoir. Ce qui lui a pris douze ans, à la faveur de la guerre d’Algérie, que d’ailleurs il avait provoquée en réprimant les manifestations du 8 mai 1945, notamment à Sétif.

En 1969, devenu incapable de conduire le pays, contesté par tout le monde y compris par son ex-Premier ministre Georges Pompidou, il a imaginé un référendum absurde sur le maintien de l’existence du Sénat, se doutant bien que le peuple voterait non. Désavoué, il a donné illico sa démission, le 27 avril 1969 peu avant minuit, et a quitté l’Élysée en catastrophe le lendemain matin, sans même assurer la passation des pouvoirs. Et, toujours boudeur, il est parti faire un long voyage en Irlande, afin de ne pas voter pour l’élection de son successeur. Glorieux, et surtout, mauvais joueur.

Pas plus lors de la Deuxième Guerre mondiale qu’à l’occasion de la Guerre d’Algérie, De Gaulle n’a sauvé le pays. Pour la première, Churchill cherchait un général français réfugié à Londres afin de prendre la tête des Français libres, mais tous ont refusé. Après bien des recherches, il a trouvé De Gaulle, que nul ne connaissait, pas plus en France qu’en Angleterre, et il l’a embauché. De Gaulle n’a pas non plus créé la Résistance française, car, dans TOUT pays occupé, la résistance naît spontanément. Tout au plus a-t-il semé la zizanie entre les divers mouvements de résistance qui étaient apparus sur le sol national. Et il a été exclu du Débarquement. Ce qui a « sauvé le pays », ce sont les troupes des Alliés, britanniques, canadiennes, états-uniennes. De Gaulle en a voulu à tous les Alliés, d’ailleurs, et jusqu’à sa mort.

Enfin, il n’a pas sauvé le pays lors de la Guerre d’Algérie. Cette guerre, et les Français d’Algérie qui en attendaient un tout autre dénouement, lui ont servi de marchepied pour être réclamé par le président Coty afin de remplacer le Président du Conseil d’alors, Rémy Pflimlin. Il en a profité pour faire rédiger une nouvelle Constitution, celle de la Cinquième République, attribuant tous les pouvoirs au président de la République, et, dans la foulée, se faire élire président.

Une suite de duperies. Mais les Français croient toujours en De Gaulle, devenu une vache sacrée indéboulonnable.

Publié dans Radio, Histoire, Bobards

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

cacciarella 17/03/2016 13:03

Dans le cadre de ce qu' on nous inflige les mauvais et qu'on nous prive des meilleurs , il y a Mitterrand préféré à Rocard .

Yves-André Samère 17/03/2016 17:50

Justement ! Je haïssais Mitterrand, et j’admire Rocard.

cacciarella 17/03/2016 11:24

Faut bien faire avec...ce qu'on a pas c'est à dire des hommes de valeurs qui, lorsqu'il y en a ,Mendes France ,Jospin, Barre ou Chaban , par exemple, ne sont pas plébiscités et; çà va pas s'arranger, ici et ailleurs (Donald tramp)

Yves-André Samère 17/03/2016 17:53

Mendes France a été balayé par des crétins. Chaban a été dénoncé par Giscard pour une question d’avoir fiscal que précisément Giscard avait inventé. Et Jospin a perdu l’élection à cause de deux imbéciles qui voulaient se pousser du col, Christiane Taubira et Jean-Pierre Chevènement. Pour Barre, je suis sans opinion, mais il ne pouvait pas gagner, car il n’avait aucun parti pour le soutenir.