Chambre sans vue et avec

Publié le par Yves-André Samère

Si je compare ma nouvelle chambre avec ce que j’ai connu à l’hôpital Cochin, je dirai que je suis logé dans un palais ! Elle mesure six mètres sur quatre, au rez de chaussée donnant sur une cour garnie de plates-bandes, j’en suis le seul occupant, il y a une grande salle de bains (les serviettes sont fournies, ce qui n’était pas le cas à Cochin, où, si vous preniez votre douche au bout du couloir, vous deviez vous sécher avec votre pyjama ou un pyjama trouvé quelque part sur une pile, un truc ridicule qui ne se ferme que par des boutons-pression... dans le dos, un dispositif très ingénieux, car il offrait à tout venant une vue imprenable sur vos fesses au cas où vous auriez mis le pied hors de votre chambre).

Ici, la nuit, tout est tranquille. À l’hôpital, il fallait supporter les conversations des infirmières de nuit bavardant dans le couloir, et les nombreuses visites destinées à prendre votre tension et à mesurer votre glycémie – petite piqûre agaçante dans le doigt, qui revient quatre ou cinq fois par jour. Et naturellement, vous n’étiez pas seul dans la chambre. La cohabitation n’avait pas très bien commencé, mais elle s’est mieux terminée. Je vous raconterai.

Publié dans Santé, Curiosités

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 03/03/2016 15:53

Ah, les blouses d'hôpital, toujours trop petites, qui ressemblent plus à des bavoirs à manches qu'à autre chose. Il a été question un temps de les changer, au nom de la dignité des patients, mais visiblement cela n'a pas été suivi d'effet. On s'aère les fesses toujours autant.
En tout cas, ravie que vous soyez au milieu des petites fleurs et des oiseaux, sans compagnon de cellule. Vos nuits doivent être plus sereines !

Yves-André Samère 03/03/2016 16:15

Nuits sereines, car ici, les infirmières ne font aucun tapage. Ça me change.