Communiquer, c’est mentir par omission

Publié le par Yves-André Samère

Ce matin, France Inter invitait le PDG d’Airbus, un expert en communication, habile à détourner les questions gênantes pour en faire des louanges de son action.

Exemple : au téléphone, une auditrice prénommée Laura décrit longuement le sort qui est fait aux employés qui, comme elle, ne travaillent pas directement pour Airbus, mais pour une société étrangère à laquelle Airbus sous-traite sa sécurité. Par conséquent, ce type d’employé n’a droit à rien, ni les cantines, ni les crèches, ni les salaires décents, ni rien. Donc Laura demande au PDG ce qu’il en pense et ce qu’il compte faire pour gommer cette injustice.

Réponse du zig, en substance : Laura a eu raison de souligner qu’Airbus, en faisant appel à des firmes extérieures, crée des emplois. Et hop, passez muscade, voilà la dénonciation d’une injustice transformée en éloge.

Le micro est une vraie baguette magique. Admirez, bande de nuls qui n’avez pas de conseiller en communication.

Publié dans Mœurs, Radio

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 19/03/2016 08:36

Un grand classique : quand une entreprise importante ferme ses portes, on parle des salariés licenciés, mais on ne parle jamais des sous-traitants qui sont obligés, eux aussi, de fermer et licencier.
J'avais remarqué que le PDG en question maîtrisait très bien la communication, tout était rose (notamment l'histoire des A380 qui n'étaient pas trop gros, mais construits trop en avance sur leur temps. Cela s'appelle une catastrophe industrielle, mais non. Il était précurseur...). Renoncé à écouter le bal des questions.

Yves-André Samère 19/03/2016 09:36

Je crois avoir déjà parlé des entreprises sous-traitantes, qui permettent aux « grosses » entreprises de se défausser des frais de licenciement et des ennuis avec les prud’hommes. Quelle belle civilisation que la nôtre !