La goutte à l’imaginative

Publié le par Yves-André Samère

Le foie serait-il l’organe où naissent les idées ? Je commence à le croire, depuis que mon chirurgien m’en a coupé un bout, et que, depuis, les idées me viennent au compte-gouttes, si je puis dire. Or c’est fâcheux, car, depuis la fin janvier, la fréquentation de ce bloc-notes avait fait un bond en avant flatteur (1019 visiteurs le 2 février), mais que rien n’expliquait – surtout pas mon talent d’écriture.

Que faire pour remédier à ce ralentissement de mes facultés ? Vais-je faire comme Quentin Tarantino aux États-Unis ou Anne Fontaine en France, piquer les idées des autres ? Je rappelle que Tarantino trouve ses idées de scénario dans les centaines de vidéos médiocres qu’il a visionnées en travaillant dans un vidéo-club, surtout celles de westerns italiens, et qu’Anne Fontaine a INTÉGRALEMENT recopié, pour son film Entre ses mains, le scénario du meilleur film de Claude Chabrol, Le boucher, allant jusqu’à engager un acteur comique, Benoît Poelvoorde, pour jouer le rôle de l’assassin – chez Chabrol, c’était Jean Yanne –, sans signaler cet emprunt dans les deux génériques de son film. Or, inculture ou copinage, pas un seul critique de cinéma en France n’a signalé le vol.

Dans ce cas, je vois mal pourquoi je me gênerai pour pomper le Petit Journal, par exemple. Je connais un humoriste français qui a eu son heure de gloire, et qui, semaine après semaine, mois après mois, y puisait son inspiration.

Publié dans Curiosités

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

cacciarella 07/03/2016 11:26

A propos de chabrol il faut louer chez lui un de ses talents qui est de révéler chez certains acteurs des aspects de leur talents inexploités par d'autres réalisateurs . Jean Yannes bien sur mais aussi Carmet ,
Mario Davidet même Annie Cordy !

Yves-André Samère 08/03/2016 10:35

Mario David jouait un poète très fin dans « La rupture », alors qu’on lui donnait plutôt des rôles de culturiste idiot, d’habitude. Quant à Jean Carmet et Annie Cordy, dans le même film, ils étaient les parents tragiques d’un enfant handicapé. Mais tout le monde jouait à contre-emploi, dans ce film. Et Jean Yanne, tueur en série dans « Le boucher », c’était assez inattendu.

cacciarella 06/03/2016 12:09

Avec le boucher, j'ai découvert Sarlat . Merci Chabrol ! Avec La femme infidèle que j'aime beaucoup aussi , il nous a fait connaitre Michel Bouquet , merci Chabrol !

Perrine 06/03/2016 02:08

Personnellement j'admire cette capacité à écrire plusieurs articles par jour, j'aimerais être capable d'une telle constance...

De quel humoriste parlez-vous ? Des noms !

Et je me confesse, je regarde les films de Tarantino (ne me lynchez pas...)

Yves-André Samère 06/03/2016 11:13

En fait, comme je suis assez fatigué, j’écris moins que je le voudrais. Les idées affluent, mais la rédaction est physiquement un peu pénible. Quand j’ai une douzaine d’idées, je peine à écrire trois textes. L’humoriste que j’égratignais (et qui déteste qu’on fasse de l’humour sur lui, ce pour quoi je le fais), c’est Didier Porte.

DOMINIQUE 05/03/2016 13:04

Est-ce à dire que Tarantino et Fontaine se sont fait opérer du foie ?
Intéressant.

Yves-André Samère 05/03/2016 13:20

C’est leur cerveau qu’on aurait dû opérer (une ablation complète).