Naissance de la traite des Noirs

Publié le par Yves-André Samère

Pour une fois, je transcris ici le texte de quelqu’un d’autre. Mais comme je joue cartes sur table, il ne s’agit pas d’un plagiat ; je publie simplement un document. Il s’agit d’un extrait d’un roman de Jules Verne, Un capitaine de quinze ans, un livre assez extravagant d’ailleurs, et que je vous engage à lire si vous ne le connaissiez pas. Verne y raconte, dans un style parfait, comment la traite des Noirs est née en Europe. Voici :

C’est au XVe siècle seulement que l’on voit s’exercer, pour la première fois, la traite des noirs, et voici dans quelles circonstances elle fut établie : les Musulmans, après avoir été chassés d’Espagne, s’étaient réfugiés au-delà du détroit sur la côte d’Afrique. Les Portugais, qui occupaient alors cette partie du littoral, les poursuivirent avec acharnement. Un certain nombre de ces fugitifs furent faits prisonniers et ramenés en Portugal. Réduits en esclavage, ils constituèrent le premier noyau d’esclaves africains qui ait été formé dans l’Europe occidentale depuis l’ère chrétienne. Mais ces Musulmans appartenaient pour la plupart à de riches familles, qui voulurent les racheter à prix d’or. Refus des Portugais d’accepter une rançon, quelque importante qu’elle fût. Ils n’avaient que faire de l’or étranger. Ce qui leur manquait, c’étaient les bras indispensables au travail des colonies naissantes, et, pour tout dire, les bras de l’esclave. Les familles musulmanes, ne pouvant racheter leurs parents captifs, offrirent alors de les échanger contre un plus grand nombre de noirs africains, dont il n’était que trop facile de s’emparer. L’offre fut acceptée par les Portugais, qui trouvaient leur avantage à cet échange, et c’est ainsi que la traite se fonda en Europe.

Soit dit en passant, ces honnêtes familles musulmanes ont une large part dans la naissance de ce trafic, puisqu’elles ont préféré fournir aux Portugais des anonymes en échange de leurs parents. Tout ça est très moral.

Publié dans Histoire, Mœurs, Curiosités

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

J'ai raison. 13/05/2016 18:30

Un livre semble aller dans le même sens: Les Traites négrières, essai d'histoire globale, d'un certain Olivier Pétré-Grenouilleau. J'en saurai plus après l'avoir lu. De Jules Verne je ne connais que "Le château des Carpathes" (le mot prenait un h auparavant semble-t-il), et "Voyage au centre de la Terre". Aussi, "Le tour du monde en 80 jours" qu'on devait lire au collège.

Yves-André Samère 13/05/2016 20:06

Je ne connais pas Olivier Pétré-Grenouilleau, mais beaucoup mieux Jules Verne. « L’île mystérieuse » devrait être lu (masculin, c’est un roman) par tous les garçons, ce livre les rendrait plus intelligents. Mais il y a aussi « L’invasion de la mer » et « Le phare du bout du monde ». Hélas, de ces livres, on a tiré de bien mauvais films. Le seul bon film est « Voyage au centre de la Terre », malgré l’introduction saugrenue d’un personnage féminin.

Pat 17/03/2016 20:06

Soupirs ....
L'esclavage (n'ayons pas peur des mots) est millénaire ....
Cas dont on ne parle pas :
- http://histoirerevisitee.over-blog.com/2014/06/la-traite-des-esclaves-irlandais-au-17e-siecle.html
et
- https://www.youtube.com/watch?v=jcIcd3T2BMw
etc. .....

Yves-André Samère 18/03/2016 09:07

J’ai aussi, il y a quelques années, parlé de l’esclavage en Mauritanie, qui a été aboli au moins trois fois officiellement depuis l'indépendance de ce pays, mais qui existe toujours là-bas. Mieux : il s’exporte chez nous, et un esclave venu de Mauritanie reste esclave, avec le même maître, s’il vient en France. Bien sûr, nos gouvernants le savent parfaitement, mais ce dont on ne parle pas n’a aucune existence, c’est bien connu.