Tarifs élevés des grands médecins

Publié le par Yves-André Samère

J’ai lu récemment une de ces diatribes qui circulent partout sur Internet et tirent à vue sur tout ce qui bouge, ou pas. Cette fois-ci, il s’agissait de hurler contre les professeurs de médecine célèbres, mais qui pratiquent en privé des tarifs considérés comme abusifs.

La cible du jour, c’était le professeur Philippe Touraine, qui exerce à l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, et dont on insinuait finement que, s’il se permettait des tarifs élevés, jusqu’à 150 euros la consultation, c’est parce qu’il est le frère de Marisol Touraine, ministre de la Santé. Stupide : le texte en question se référait à 2012, date à laquelle ladite sœur n’était pas ministre. Passons...

Mais réfléchissons un instant. Première remarque : TOUS les professeurs de médecine pratiquent des tarifs très élevés, comme la loi leur en donne le droit. Tout au plus précise-t-elle que ces tarifs doivent être fixés « avec tact et mesure », mais comme cette notion n’est pas précisée, c’est du vent. Que le législateur soit plus précis s’il veut un résultat ! Autre point, si une autorité gouvernementale tentait de réduire la rémunération des professeurs de médecine, ils ficheraient le camp à l’étranger, et les malades français n’y gagneraient rien. Par exemple, le professeur Bernard Debré, chef du service d’urologie à l’Hôpital Cochin, donne souvent des consultations à Shanghai. Il pourrait s’installer dans n’importe quel pays s’il le voulait.

Donc toutes ces polémiques sont à prendre avec des pincettes. J’ai justement reçu ce matin un message d’un ami ivoirien qui se plaint de ce que les Africains sont mal soignés, et que les médecins originaires d’Afrique fuient leur pays pour aller exercer en Europe. C’est ainsi : si vous voulez être convenablement soigné, il faut y mettre le prix !

Publié dans Santé, Mœurs

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :