Traumatisme tardif

Publié le par Yves-André Samère

Ce n’est pas pour défendre le cardinal Tartuffe, mais enfin, il y a des plaignants bizarres, dans son diocèse. Voyez plutôt ce haut fonctionnaire qu’on a rebaptisé Pierre depuis hier (c’est vrai, ça, si on avait donné son véritable prénom, c’eût été un cataclysme), et qui a été victime d’un curé de son entourage. Or cela vaut la peine de repasser le film au ralenti.

D’abord, lors de l’évènement dont il se plaint, il avait... seize ans ! Ce n’est donc PAS un cas de pédophilie. Ensuite, le curé en question, un exhibitionniste, s’est contenté de lui montrer sa, euh... sa nature, comme écrivait Roger Peyrefitte dans La nature du Prince.

Et maintenant, dites-moi si vous trouvez vraisemblable qu’à seize ans, un garçon n’ait jamais vu un tel objet, ni dans la glace de sa salle de bain, ni aux douches chez ses copains après un match de foot, et que la vue de cette horreur a pu sérieusement ruiner sa vie, comme se sont évertuées à le radoter les médias depuis la révélation de cette affaire.

Tout ça ressemble fort à un canular. Et si ce type a aujourd’hui des enfants, auprès d’eux, il doit être ridicule.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 17/03/2016 08:07

De toute façon, pour qu'il y ait viol, il faut qu'il y ait pénétration non consentie. Quelle qu'elle soit. Alors, il n'y a pas eu viol.
Quant à notre époque, d'accord, mais ce brave haut fonctionnaire devait avoir 16 ans à une époque où, à part Lui et ses belles dames nues, il n'y avait guère moyen de s'instruire (enfin, je suppose).
Mon instruction sur le sujet a été fournie par un exhibitionniste, sortant d'un buisson du parc Lawrence à Pau, qui m'a montré son fourniment en action. Je devais avoir 15 ans. J'ai surtout pensé au buisson épineux. Ce ne devait pas être confortable.

DOMINIQUE 17/03/2016 10:13

La mienne non plus !

Yves-André Samère 17/03/2016 09:19

Il y avait bien d’autres publications que « Lui », je vous le garantis ! Et en vente libre dans tous les kiosques. Quant aux exhibitionnistes, j’avais beaucoup moins de douze ans quand j’en ai vu un pour la première fois. De toute évidence, ma vie n’a pas été « brisée ».

DOMINIQUE 17/03/2016 05:47

La majorité sexuelle est à 15 ans, je crois. Cependant, pour défendre un peu ce haut fonctionnaire, il faut dire que voir un tel objet exhibé par un adulte qui a autorité sur vous n'est pas forcément habituel. Bien sûr qu'à 16 ans il savait (je l'espère) ce que c'était, et comment ça fonctionnait, mais justement c'est très intime, et chez les catholiques pas bien du tout (le péché de chair et tout ça). Alors, qu'un prêtre s'amuse avec devant lui, bon, ce devait être déconcertant.
De là à "ruiner sa vie", faut quand même pas exagérer. Mais les médias par moments sont excessifs et gâchent des mots qui devraient être utilisés avec plus de discernement.

Yves-André Samère 17/03/2016 06:13

Nous sommes à une époque où la majorité des garçons ont déjà fait leur éducation sexuelle vers douze ans, sur Internet. C’est pourquoi il me semble ridicule de se plaindre pour une simple exhibition subie à seize ans. Ça, c’est du cinéma. Et être « un peu déconcerté », ce n’est pas être violé. Ou alors, tout le monde l’a été.