Coffe est mort, hélas !

Publié le par Yves-André Samère

Jean-Pierre Coffe vient de mourir, et quelques-uns de ceux qui l’ont bien connu lui rendent hommage ce matin sur France Inter.

Moi, je l’aimais bien, pour son pittoresque et son honnêteté. Mais d’autres le méprisaient, et je connais un salaud d’humoriste qui l’avait qualifé de « demi-vedette », mettant au passage Bruno Masure dans le même sac. Mais ledit humoriste, qui d’ailleurs n’aime personne, est aujourd’hui au fond du trou. Il y a une justice.

Publié dans Actualité, Médias

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

C
Ne serait-ce pas cet aigri de Porte ?
Répondre
Y
Oui !
D
Et bien il aurait qualifié cela ainsi: " C'est de la meeeerde!!".
Répondre
Y
Mon Dieu, que je suis surpris...
D
Il m'avait l'air d'un type généreux. Et ses principes culinaires, du simple bon sens, ont devancé largement les mouvements actuels sur les produits français et de proximité. Il a milité aussi pour la survie des artisans comme les charcutiers, qui ont failli disparaître. Je l'aimais bien.
Au fait, un type du fin fond de la province, lutte contre les repas industriels, et a créé une école de "cuisine de cantine".
Répondre
Y
Je sais comment il aurait qualifié l’ignoble nourriture qu’on nous servait dans cette maison pour convalescents où j’ai passé trois semaines et demie, et ce qu’il aurait fait des omelettes à la poudre d’œuf, des tomates cuites baignant dans leur eau de cuisson, de l’emmenthal sous plastique, des oranges conservées au réfrigérateur et des 75 grammes de semoule sans assaisonnement dans la même assiette que l’omelette.