« Jusqu’à aujourd’hui ? »

Publié le par Yves-André Samère

Attendu que France Inter n’est pas tout à fait une succursale de l’Académie française et qu’on s’y soucie du beau langage à peu près autant que le ferait Joeystarr, je n’ai pas été surpris d’entendre, ce matin au journal de huit heures, une péronnelle employer l’expression jusqu’à aujourd’hui.

Je ne crois pas avoir jamais abordé ce sujet, mais j’ai déjà décortiqué le mot aujourd’hui, à propos de cette horreur qu’est au jour d’aujourd’hui, qui revient régulièrement dans des bouches non autorisées, voire ministérielles. Je montrais alors une accumulation pléonastique dont nous pourrions nous passer, puisque le simple hui exprime déjà l’idée du jour où nous sommes.

Eh bien, l’erreur est la même : aujourd’hui contient la préposition à (dans au), il est donc inutile et lourd de la répéter dans jusqu’à. De sorte qu’il suffit de dire jusqu’aujourd’hui, et le dictionnaire Littré est de cet avis. Mais les mauvaises habitudes ont la vie dure.

Publié dans Langue française, Radio

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 25/04/2016 13:21

Jusqu'au jour d'aujourd'hui, pas mal, non ?

Yves-André Samère 25/04/2016 13:23

Là, je défaille !