49.3 ou AK-47

Publié le par Yves-André Samère

Je suis assez hostile à l’article 49.3 de la Constitution, dont j’ai eu l’occasion d’écrire que je le tenais pour un moyen de chantage tout à fait antidémocratique : on fait pression sur la majorité parlementaire pour la forcer à voter comme le veut le gouvernement, faute de quoi on renvoie les députés devant les électeurs, et les élus risquent de ne plus l’être, élus ! Or cette profession, si c’est une, ne compte pas que des téméraires.

Néanmoins, lorsque j’entends certains élus, de droite comme de gauche, protester comme ce truc de charlatan, je me marre. Car enfin, le 49.3 a été utilisé par tout le monde, et abondamment. Quatre-vingt-trois fois depuis 1958 !

Ainsi, Dominique de Villepin l’a employé pour faire voter son projet de CPE (contrat de première embauche), et Hollande, alors dans l’opposition, avait vigoureusement protesté en qualifiant ce truc de « violation des droits du Parlement ». Pas moinsse. En fait, avant Manuel Valls, presque tous les Premiers ministres s’en sont servi : Michel Debré, Georges Pompidou, Pierre Mauroy, Laurent Fabius, Jacques Chirac, Raymond Barre, Édouard Balladur, Pierre Bérégovoy, Édith Cresson, Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin. Même Rocard l’a utilisé... vingt-huit fois !

Mais, bien entendu, ils ont tous oublié ce petit détail...

(Je signale aux novices que l’AK-47 est le véritable nom de la Kalachnikov, instrument civilisateur assez répandu)

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :