Connaître la fin, un bonheur !

Publié le par Yves-André Samère

Je ne dois pas être bâti sur le même modèle que le bipède ordinaire – et je n’écris pas cela pour me faire mousser.

En effet, alors que quatre-vingt-dix-neuf lecteurs ou spectateurs sur cent détestent connaître la fin d’un roman, d’un film, d’une pièce de théâtre (mais pas la fin d’une chanson, bizarre...), pour ma part, non seulement cela ne me gêne pas, mais j’apprécie beaucoup de savoir à l’avance comment une histoire se termine. Parce que je considère que l’important, dans une histoire, ce n’est pas ses péripéties, mais la façon dont elle est racontée, et c’est ça surtout qui m’intéresse : la mise en scène ou la technique de narration. Parce que je veux toujours savoir comment on fait.

Et puis, soyons sérieux : beaucoup d’histoires sont déjà connues ! Vais-je renoncer à Titanic parce que je sais d’avance que le navire va couler ? Boycotter un film sur Jésus parce que je sais qu’il va échapper à la mort (on dit « ressusciter », chez les crédules) et disparaître (avec Marie de Magdala, en Inde, où il est mort pour de bon, à Srinagar) ? Ne pas revoir Jeanne d’Arc avec Ingrid Bergman, parce que je sais qu’on va la brûler à Rouen (Jeanne, pas Ingrid – quoique un doute existe, vu que la personne suppliciée portait une cagoule, et que la Place du Marché était cernée par la troupe, jusqu’à huit cents soldats, dit-on, afin d’empêcher les éventuels témoins de s’approcher) ?

Enfin, si connaître déjà un objet quelconque impliquait qu’on doive s’en désintéresser, pourquoi embrasserait-on deux fois de suite son (ou sa) petit(e) ami(e) ? On devrait vite passer à quelqu’un d’autre, non ? Et si cette supposition vous « choque », comme on dit, revenons à la question de la chanson : pourquoi écouter « en boucle », toujours comme on dit, le même disque ? Vous n’en avez pas eu marre, du Get lucky des Daft Punk ?

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

J'ai raison. 10/05/2016 18:23

Tout de même, j'évite (pour l'instant) de lire vos articles faisant une quelconque référence à la saison 6 de Game of Thrones.

Yves-André Samère 10/05/2016 19:00

Pourquoi ? C’est très innocent. Et puis, je ne raconte aucune fin, seulement des commencements, puisque ce bidule n’a aucune fin en vue. De toute façon, chacun peut télécharger tous les épisodes. Simplement, je les ai plus vite, avant qu’ils passent à la télé ! Et puis, ce feuilleton ultra-racoleur n’est pas à prendre au sérieux. Son principal avantage, c’est que les personnages ne passent pas leur temps à téléphoner. Ce qui devient rarissime.