Il y a « saint » et « Saint »

Publié le par Yves-André Samère

Supposez que, dans un de mes petits écrits, je cite Saint-Eustache. Comme je l’ai orthographié en séparant les deux mots par un trait d’union, qu’ils sont tous deux ornés d’une majuscule, et que, cerise sur le catho, vous êtes plus cultivés qu’un rappeur ou que Frédéric Lopez et Cyril Hanouna réunis, vous avez compris que je parlais d’un lieu, une église, et pas du personnage nommé Eustache qui s’était fait canoniser par les charlatans vaticanesques. Lui, c’est « saint Eustache », sans trait d’union ni majuscule sur le premier mot.

C’est ainsi, les noms propres utilisés comme noms de lieux comprennent des traits d’union et des majuscules partout. De sorte qu’on écrira « Bibliothèque Nicolas-Sarkozy » dès que notre ex-chef d’État aura cassé sa pipe. Et, parlant du pape, il est absurde d’écrire « le Saint-Père », comme dans les journaux mal écrits. En réalité, c’est « le saint père ».

Je sais, tout le monde fait la faute. Mais ce n’est pas une excuse.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 02/05/2016 19:55

Vous nous avez écrit une phrase qui relève de la science-fiction, que dis-je de l'utopie... ou du cauchemar. La "Bibliothèque Nicolas Sarkozy".
A propos de majuscules, dans un contrat ou un commentaire juridique on écrit "les Parties" quand elles ont été identifiées en préambule, et "les parties" quand elles ne le sont pas. Tiens, au fait, là aussi il y a pas mal de jargon chez les juristes, comme chez les médecins.

Yves-André Samère 02/05/2016 22:58

Pour la Bibliothèque, j’ai fait exprès, car je cherchais la contradiction interne. Comme si j’avais qualifié de « cantatrice » cette pauvre Carlita.

J'ai raison. 02/05/2016 13:16

"En réalité, c’est « le saint père »". "Menteur en chef" convient aussi bien.

Yves-André Samère 02/05/2016 13:20

Mais tous les pères mentent ! Combien ont voulu nous faire croire que le Père Noël existait ? Que si on mangeait de la soupe, on grandirait ? Et que les vœux du Jour de l’An se réaliseraient ?