Christine Boutin naguère condamnée

Publié le par Yves-André Samère

Les radio-télés n’en ont pas fait leurs gros titres, et ce sont surtout les journaux sur papier qui en ont parlé, mais, le 18 décembre dernier, Christine Boutin a été condamnée à 5000 euros d’amende pour « provocation publique à la haine ou à la violence ». En effet, elle avait dit que l’homosexualité était une abomination. Elle a dû également payer 2000 euros de dommages et intérêts à chacune des deux associations qui l’avaient assignée en justice, Mousse et Le Refuge, lesquelles s’étaient constituées parties civiles, alors que cinq cents plaintes de particuliers avaient été enregistrées. Il faut noter que le tribunal est allé au-delà des réquisitions du procureur, qui n’avait réclamé que 3000 euros d’amende.

La déclaration de Cricri avait été faite en avril 2014 dans « Charles », qui est un magazine sur papier, et sous le titre « Je suis une pécheresse ». Elle y avait dit « L’homosexualité est une abomination. Mais pas la personne. Le péché n’est jamais acceptable, mais le pécheur est toujours pardonné ». Ce n’était qu’une opinion ne mettant personne en cause, et son avocat avait soutenu que ce n’était certainement pas une diffamation, ce qui est incontestable. En outre, cette opinion est inscrite noir sur blanc et à maintes reprises dans l’Ancien testament, mais le tribunal n’a rien voulu savoir.

Je propose donc que Moïse, l’auteur originel de ces élucubrations, soit sanctionné. On pourrait lui appliquer la déchéance de nationalité.

(Ne me taxez pas d’homophobie. Je ne prends pas le parti de Christine Boutin, que je tiens pour une sotte, je me moque seulement du tribunal, qui s’est montré sectaire. Il y a deux points qu’on ne peut pas nier : 1. nul ne choisit d’être homosexuel, et 2. cette pratique ne fait de mal à personne. Donc, que les excités foutent la paix aux gays !)

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :