Humoristes en peau de lapin

Publié le par Yves-André Samère

Franchement, je ne supporte plus ces humoristes qui ne savent faire qu’une chose, taper sur les autres en profitant de ce que leurs cibles ne sont pas là pour leur répliquer. Je me souviens de ce salopard qui, sur France Inter, avait traîné dans la boue un jeune lycéen, acteur occasionnel du film de Laurent Cantet Entre les murs, palmedorisé à Cannes en 2008, parce que ce garçon avait fait une faute de français au cours d’une interview. Cet humoriste en peau de lapin, bien qu’ayant fait des études supérieures, accumulait les fautes de français dans ses propres chroniques (« UNE tentacule », « elle s’est FAITE violer », etc.), mais comme on dit, la paille et la poutre...

Heureusement, tous les humoristes ne sont pas des malveillants, quelques-uns sont intelligents et positifs. Écoutez plutôt le billet que Nicole Ferroni a fait ce matin sur France Inter, et qui a fait l’admiration de tous ceux qui, dans le studio, en ont été témoins. Il faut dire que Nicole Ferroni ne vient pas du journalisme, mais de l’enseignement. Cela change bien des choses.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Damien 09/06/2016 08:55

J'adore Nicole Ferroni, je regarde toute ses chroniques sur le site de France Inter, et c'est à chaque fois un pur bonheur.
Sa chronique face à Marion Maréchal-Le Pen était un modèle du genre !

Yves-André Samère 09/06/2016 14:05

D’accord sur tout. Il paraît que la chronique qu’elle avait faite depuis la campagne est devenue « virale », comme disent les gens qui parlent bien. Elle pense bien, Nicole.

DOMINIQUE 08/06/2016 19:28

Belle chronique, en effet. Mes aubergines sont "Monique" (ma marchande de légumes, agricultrice). Les premières de l'année.